vendredi 5 août 2016

« Le premier terrorisme, c'est celui du dieu argent. »


Cette phrase a été prononcée par le Pape François lors de son retour depuis Cracovie après les Journées Mondiales de la Jeunesse.

Non content de mettre en cause la société néo libérale de l'argent roi, il déclare : « si je parle de violence islamique, alors je dois parler de violence catholique » et il ajoute « une chose est vraie : je crois qu’il y a presque toujours dans toutes les religions un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons. »

C'est le monde à l'envers et ses déclarations lui valent les faveurs du journal l'Humanité, alors que l'éditorialiste du Figaro s'étrangle de rage et que des extrémistes, justement, vont jusqu’à lancer une pétition en ligne pour demander sa démission.

Ces propos du Pape François qui sont, me semble-t-il, en accord avec les enseignements de la religion catholique ne devraient pas choquer les croyants.

Ce qui est le plus choquant, c'est qu'aucun leader d'opinion, aucun chef de gouvernement ne reprenne à son compte les sentences que le Pape assène sur le césarisme du monde occidental qui conduit l'humanité toute entière à la faillite.

JCVitran - 05.08.16

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux