mardi 21 février 2017

la pensée unique ou DECODEX.



Depuis quelques semaines, le monde journalistique est agité de soubresauts, en effet, le journal Le Monde a créé une application numérique destinée à distinguer le bon grain de l'ivraie médiatique.

Cette application appelée « DECODEX »1 distribue des notes2, sous la forme de code couleur, permettant, selon ses créateurs, de juger de la qualité du médium en question.

Je trouve cette application particulièrement inacceptable, voir dangereuse ; quel droit, au sens éthique du terme, les journalistes du journal Le Monde peuvent-ils s'octroyer pour se permettent de juger de la qualité et de la véracité des articles de leurs confrères ?

Serions nous revenus en 1870, au temps de l'infaillibilité du Pape Pie IX, du Syllabus, de l'Index et du contrôle et de l'interdit des écrits (dont les livres de Rousseau à Sartre...) ?

De plus, il est légitime de se poser la question de savoir qui contrôlera ces « sanctionneurs » mais aussi de l’impartialité de la ligne éditoriale du journal lorsque l'on sait que la propriété de cet organe de presse est distribuée entre trois grandes fortunes françaises - Xavier Niel3, Pierre Bergé4 et Matthieu Pigasse5 - par ailleurs propriétaires de l'Obs.

Inacceptable, parce que la presse ne peut pas et ne doit pas être aux ordres d'un pouvoir, quel qu'il soit, et Le Monde, pas plus qu'un autre médium ne peut distribuer des brevets de bonne conduite et de bonne information.

Dangereux, parce que le projet remet en cause le fonctionnement démocratique de notre société, et qu'il ne s'arrête pas là. Dans l'information donnée par Le Monde on apprend que huit médias français6 ont décidé, comme cela existe aux USA depuis décembre 2016, de collaborer avec Facebook pour réduire la présence de fausses informations sur le réseau social, avant de s'attaquer au reste du monde.

S'il est vrai que l'Internet et la prolifération des médias télévisés ont décuplé l’information, sa manipulation est aussi vieille que le monde et il serait bon, avant de vouloir donner des leçons aux autres, de balayer devant sa porte. 

La mode des médias « bien-pensants » est de laisser croire que tous ceux qui sont indépendants sont suspects de complotisme dès lors qu’ils ne délivrent pas la parole officielle.

Pourtant quelle que soit la qualité ou la véracité des nouvelles mises en ligne par ces publications indépendantes, elles ont un énorme avantage, celui d'exister.

Enfin, c'est aux lecteurs de se faire une idée de la valeur des nouvelles et celui-ci ne doit pas avoir besoin d'un organe qui réfléchit à sa place pour lui distiller la pensée unique.

Il est vrai que l'on n'apprend plus beaucoup dans nos écoles républicaines à développer "l'esprit critique" et "l'esprit de synthèse". C'est un exercice trop dangereux pour l'ordre établi qui n'a pas besoin d'individus qui réfléchissent, mais seulement de moutons qui consomment et avalent les postulats du système. Le but avoué, - il suffit de réécouter les propos de Patrick Le Lay sur le « temps de cerveau humain disponible7 » - , c'est de faire du citoyen seulement un consommateur sous influence.

Il nous faut absolument combattre ces empêcheurs de penser par soi-même qui ne sont que des courroies de transmission de l'éternelle machine à aliéner qui l'on nomme capitalisme.

JC Vitran - 21.02.2017

1.  Très vite qualifié de DECONEX par une partie de la profession.
2   http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/23/le-decodex-un-premier-premier-pas-vers-la-verification-de-masse-de-l-information_5067709_4355770.html
3.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Niel - Fortune personnelle : 7,5 milliards USD (2017) Forbes
4.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Bergé
5.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Matthieu_Pigasse
6.   Le Monde, l'Agence France-Presse (AFP), BFM TV, France Télévisions, France Médias Monde, L'Express, Libération et 20 Minutes.

7   « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux