lundi 3 mars 2008

Discours du CRIF et laïcité

Du discours prononcé le 13 février par notre monarque républicain lors du dîner annuel du CRIF (1), les médias, plus prompts à dénicher des arguments de vente qu’à donner du sens au débat, n’ont retiré que la tirade sur la prise en charge de la mémoire d’enfants victimes de la barbarie nazie par des enfants de CM2.

Idée tellement absurde qu’il ne faut pas s’y arrêter, sinon pour remarquer l’addiction du président pour la parole et sa propension à inventer des sujets qui fâchent.

Ce long discours a abordé le problème de la laïcité et mon propos est de vous prendre à témoin.

Pour cela je vous rappelle un passage du discours de Latran (2) :

"Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance."

Pour le comparer à un passage du discours prononcé lors du dîner du CRIF :

"Jamais je n’ai dit que la morale laïque était inférieure à la morale religieuse. Et, jamais je n’ai dit que l’instituteur était inférieur au curé, au rabbin ou à l’imam pour transmettre des valeurs..."

La fonction de l’orateur ne me donne pas le droit de porter un jugement critique et c’est pour cela que, lâchement, je vous laisse juge. Il est vrai qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, peut-être est-il sur le bon chemin.

La fin du discours, mélange de réflexions sur la morale laïque et la morale religieuse, moins rassurante, interroge toujours sur les vraies intentions du chef de l’Etat en ce qui concerne la loi de 1905.

"Je souhaite que nos enfants reçoivent à l’école l’enseignement d’une morale laïque. Je note, à cet égard, qu’après avoir, à juste titre, abandonné l’enseignement officiel de la morale religieuse, on abandonne également celui de la morale laïque. C’est pourquoi, je défends l’idée que les deux morales sont, a l’évidence, complémentaires. Mais je maintiens, parce que, je le crois profondément, que nos enfants ont aussi le droit de rencontrer à un moment de leur formation humaine et intellectuelle, des religieux engagés qui les ouvrent à la question spirituelle et à la dimension de Dieu."


(1) CRIF : Conseil représentatif des Institutions juives de France.
(2) Tous les discours de Nicolas Sarkozy sont disponibles et téléchargeables sur le site de l’Elysée.

Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux