dimanche 30 avril 2017

Mélenchon lance la campagne des législatives


Vers le deuxième tour des présidentielles

Le point au 29 avril 2017. Note 51.
par Jean-Pierre Dacheux

Nous continuerons d'analyser l'évolution de la situation politique. Aux notes antérieures, datées, numérotées et modifiables, s'ajouteront les suivantes jusqu'au 6 mai et sans doute au-delà car la lecture complète des présidentielles ne s'effectuera qu'après les législatives. Fin juin 2017, nous regrouperons, en un seul et même document, toutes ces notes, que nous voudrions utiles pour effectuer cette activité politique chronologique.

On attendait de Mélenchon qu'il parle, eh bien, c'est fait. Et qu'a-t-il dit ? Depuis sa chaîne YouTube, il s'est exprimé, en prenant son temps et sans langue de bois. Voici ce que j'en retiens aujourd'hui :

« J'irai voter ».
« Je ne voterai pas FN. Tout le monde le sait ».
« Je porte l'insigne des déportés politiques ; n'est-ce pas assez clair ?
« Je suis un responsable politique, pas un gourou ni un guide ».
• « Nos 480 000 soutiens sont des électeurs qui n'ont pas besoin de consigne de vote pour choisir.
« Notre consultation donne le choix entre le vote blanc ou nul, l'abstention, ou le vote Macron ». • « Les résultats de cette consultation des Insoumis - en cours - ne vaudra pas décision ».
«Ces résultats, présentés sous la forme d'un tableau, il suffira de les regarder pour comprendre ».
« Nous ne sommes pas un parti mais un mouvement »
• «  Ce que je vais voter, je ne le dirai pas » car « mon rôle est de vous aider à rester groupés ».
« Il a manqué 620 000 voix aux 7 millions de suffrages exprimés en notre faveur ». C'est peu.
« Avec les résultats obtenus, nous serions présents aux législatives, au deuxième tour, dans 451 circonscriptions sur 577, (il faut 12,5 % des inscrits au moins).
« Le chemin se fait en cheminant et nous ne pouvons nous arrêter sur ce chemin qui s'ouvre ! »
• «  Le programme (L'avenir en commun) nous engage pour des années. Il sera présent en juin. »
« Nous étions qualifiés pour le deuxième tour dans 38 départements. »
• « Nous sommes en tête dans de très grandes villes : Montpellier, Lille, Le Havre, Toulouse, Grenoble, Avignon, Marseille (de 31 à 25%.) ».
« Mais aussi en seconde position avec des scores importants à Rennes, Nantes, Besançon, Strasbourg, Bordeaux (de 26 à 23 %) ».
Les meilleurs résultats sont obtenus dans de grandes communes populaires : Gennevilliers (47%), La Courneuve (44%), mais aussi à Roubaix (35%), Tourcoing (28%) ou Evry (34%)...
• « 65% des électeurs n'auront pas de représentant au second tour ».
« Dix millions d'électeurs ne se sont pas exprimés. Il faut s'adresser à eux ».
• «  Je ne suis ni malade ni dépressif ; je suis au combat et j'y reste ».

Autrement dit, avec de tels résultats, pour le porte-parle de La France insoumise, tout n'est pas joué.
L'action continue, dès les législatives.

Le député-maire d'Yerres dans l'Essonne, Dupont-Aignan a annoncé hier qu'il « soutenait » Marine Le Pen pour le second tour, et qu'il avait passé avec elle un « accord de gouvernement ». Encore une victime de cette présidentielle, car son pari (être premier ministre et... rembourser ses dettes électorales puisqu'il n'a pas atteint les 5% fatidiques) sera perdu.
Macron recule mais pas au point de mettre son élection en danger. Les « médiacrates », comme dit Mélenchon, veulent nous faire peur et élargir encore l'espace politique de Macron. Soyons lucides : l'écart entre les deux « qualifiés » reste voisin de + ou – 20 points ! La perte toute relative du candidat d'En marche n'est due qu'à lui.

Vivement dimanche prochain qu'on en finisse avec ce faux duel. Dès le 8 mai, tout re-commence.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux