dimanche 9 avril 2017

Reste quatre ...



Le troisième et dernier temps d'une campagne à surprises

Le point au 9 avril 2017. Note 34 à J-14
par Jean-Pierre Dacheux

Nous voulons continuer d'analyser l'évolution de la situation politique pendant la campagne électorale ouverte, en réalité, depuis la fin 2016. Chaque texte, daté, numéroté et modifiable, s'ajoute aux précédents présentés et, depuis le 20 mars, sous le titre : « Le troisième et dernier temps d'une campagne à surprises » Chacun de ces textes peut être contredit, sans doute, parfois, par les événements. Fin mai 2017, nous regrouperons, en un seul et même document, toutes ces notes, que nous voudrions utiles pour effectuer cette activité politique chronologique.


1 – La dernière donne.
Nous sommes entrés, comme on dit dans les milieux sportifs, dans la dernière ligne droite... Deux des quatre candidats suivants seront désignés par les électeurs pour s'opposer directement en phase finale : François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Aucun des sept autres candidats n'est en mesure de combler son retard par rapport à ceux qui ont atteint ou dépassé les 20% d'intentions de vote selon plusieurs instituts de sondage. Pas même Benoît Hamon, en dépit de l'intérêt de ses propositions (il aura été massivement trahi par les siens de façon cruelle et scandaleuse - ce qui devrait coûter cher au PS -...).
Abstention ou pas, vote blanc ou non, le mode de scrutin conduira à l'Élysée, l'un des quatre sus-nommés le 7 mai prochain. Tôt ou tard, le vote blanc sera validé comme suffrage exprimé mais il sera sans effet, cette fois encore, hélas. Quant à l'abstention politique, elle ne peut, même massive, conduire à l'annulation de l'élection et elle ne pèsera que pour exprimer l'ampleur de la déception des citoyens non-votants. Ce n'est pas rien, mais face à l'enjeu, elle va se rétracter.


2 – Trois droites contre une gauche ?
Il faut observer que parmi les quatre postulants, l'une, Marine Le Pen, représente la droite extrême jamais parvenue, en France, à la direction du pays ; l'autre, François Fillon, représente une droite dure et déconsidérée, derrière laquelle, se sont néanmoins rangés, sans vergogne, toutes les droites traditionnelles confondues ; le suivant, Emmanuel Macron a recherché, non sans habileté, par dessus les partis, l'alliance contre nature, de la droite présentable et de la gauche libérale ; quant à Jean-Luc Mélenchon, il n'a même plus à dire qu'il représente la gauche ni laquelle, car il est désormais le seul.


3 - Quelles sont les chances de ces quatre concurrents ?
Éliminée au premier tour ou battue au second, Marine Le Pen ne sera pas élue. François Fillon, discrédité, ne peut l'emporter que s'il affronte Marine le Pen, ce qui n'est pas probable faute d'élan populaire lui permettant de progresser encore et de se rapprocher de la seconde place qualificative. Emmanuel Macron est, actuellement, mieux placé mais son aura semble s'essouffler ou se ternir car il apparaît comme le candidat de la droite masquée et son « et à droite et à gauche » passe moins bien. Jean-Luc Mélenchon, enfin, est le seul à bénéficier d'une dynamique et il est hautement probable qu'il atteigne la troisième place, (ce qui ne suffirait pas...), plus difficilement la seconde (ce qui lui ouvrirait un nouvel espace et une possibilité de vaincre).


4 - Que souhaiter ?
Écarter l'extrême-droite ultra nationaliste et la droite extrême ultra-libérale ne fait pas difficulté. Le véritable débat se situerait entre la droite reconstituée et ayant absorbé la fausse gauche (« hollandaise » ou « vallsiste »), regroupée derrière Macron, d'une part, et la gauche repensée, sociale et écologiste, incarnée par Mélenchon, d'autre part. Quel qu'en soit le résultat, la géographie politique de la France s'en trouverait bouleversée et les recompositions s'effectueraient comme d'impérieuses mais douloureuses nécessités.
Ajoutons que, pour l'élu, quel qu'il soit, dans ces cas, l'avenir ne se présenterait pas comme un long fleuve tranquille. Macron disposerait d'une majorité (en disposerait-il ?) composite et peu docile, placée sous la pression de puissants et multiples lobbies de droite. Mélenchon aurait à tenir son double pari du passage à la VIème république et de l'émergence d'une force économique nouvelle, écologique et populaire. Sans l'appui durable des « gens » (comme il dit), du peuple (vrai nom de la gauche historique), Mélenchon serait vite à la peine. Bref nous ne quitterons pas l'espace de l'incertitude dans lequel nous a fait entrer la campagne électorale bouleversante et « fascinante », « à surprises » avons nous titré...


5 – Le choix final
Il n'est aucun homme providentiel et sans critiques, mais il faut oser faire un bout du chemin que trace celui dont on est le moins éloigné. Ce défricheur d'avenir me semble être Mélenchon.
Les raisons principales de ce choix peuvent se détailler comme suit. Me conviennent :
• La réconciliation définitive entre le social (porteurs de toutes les luttes pour l'égalité) et l'écologique (porteur de tous les germes de désagrégation du capitalisme) qui ouvre l'avenir. Benoît Hamon l'avait aussi bien vu et, pour cela, il appuiera, du reste, le cas échéant, la candidature de Mélenchon au deuxième tour.
• L'annonce de la fin de la Vème République qui a enfermé la France en elle-même, corrompu nos institutions et livré le pays à ce qu'a voulu, en vain, éviter De Gaulle (le jeu des partis confiscateurs de la volonté populaire).
• L'abandon de « la monarchie républicaine », par le biais d'une révision constitutionnelle de grande ampleur qui replacerait la France parmi les pays d'Europe les plus démocratiques pour qui les élections au scrutin majoritaire à deux tours sont inconcevables.
• La mise à l'essai, par la pratique, d'un programme ambitieux
( L'avenir en commun ) élaboré collectivement, en évolution permanente, et qui me satisfait pour l'essentiel, notamment dans sa volonté de nous impliquer tous dans la dénonciation et la mise à mal de « l'accumulation insensée de la richesse ».

Ce choix n'est pas inconditionnel. C'est dans un état d'esprit de totale liberté que je fais le pari, sciemment utopique, de m'engager, pour le moment, avec Mélenchon et pas derrière lui, comme simple citoyen, sur la voie de la vertu en politique (pensée et redéfinie comme « méthode d'action dans la vie publique », ô combien nécessaire ces derniers temps ! ). Je sais, alors, qu'un tel choix oblige à maintenir, à un haut niveau, l'esprit critique, la vigilance intellectuelle mais aussi la modestie car une élection ne suffit pas à changer la face du monde. J'assume.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux