dimanche 27 janvier 2008

Travailler plus pour gagner plus !

Question fondamentale : sommes-nous programmés pour travailler ?

Programmés pour penser, pour certains, certainement ; mais pour travailler rien n’est moins sûr !

N’avons nous pas été manipulés au cours des siècles, au point de croire que le travail est une vertu sociale.

Je vais m’empresser de vous le démontrer.

Connaissez-vous le verbe « loisirer », « vacancer » ou bien « oisiver » ? Non bien sur, il n’existe aucun contraire au travail, je vous entends objecter si « se reposer », non, puisque lorsqu’on se repose, on ne fait rien.

Vous ne dites pas « je loisire » pour prendre du travail mais je travaille pour prendre des loisirs.

Encore que les plus démunis d’entre nous, et ils sont nombreux, travaillent seulement pour (sur)vivre.

La fonction travail est toujours mise en avant.

Vous dites d’un chômeur qu’il a perdu son travail, vous ne dites pas qu’il a gagné du repos.

Même mon Beau-Père qui, retraité depuis 20 ans, ne perd pas les habitudes de sa femme, a beaucoup de travail toute la semaine, ( à croire même qu’il se repose moins qu’avant… lorsqu’il travaillait).

Vous êtes fatigués : vous vous reposez la fin de semaine pour être en forme pour aller travailler le lundi. Je ne vous ai jamais entendu dire, le jeudi matin : « je vais moins travailler aujourd’hui et demain pour pouvoir loisirer, après m’être reposé en fin de semaine.

Ne dites vous pas à vos enfants « couche-toi de bonne heure, demain, tu travailles » ?

Nos ancêtres étaient-ils assez idiots pour avoir inventer le travail ?

Mais non !

Ils jardinaient, ils chassaient, ils péchaient, … ; termes qui sont d’ailleurs passés dans le langage des loisirs, pardon, de la consommation ; tout cela pour manger, vivre et loisirer, car ce verbe, je loisire avec Germaine, par exemple, existait sans doute dans le langage de l’homme de Néandertal.

Si la grotte de Lascaux n’était pas fermée, vous le liriez sur ses murs.

Il a été oublié, enfoui, enterré, piétiné ou plutôt il est devenu un péché quand, au retour d’une partie de pêche, ils ont rencontré le premier curé ou le premier capitaliste ultra libéral venu.

Le curé leur a dit : « C’est mal de vivre ainsi, Dieu a dit vous êtes condamnés à gagner votre vie » ; ce qui est une escroquerie puisque de toute façon on la perd.

Le capitaliste ultra libéral a dit : « je ne vais pas vous engraisser à rien foutre, travaillez pour gagner votre vie » ; ce qui est une escroquerie aussi puisque c’est lui qui s’engraisse ; avez-vous déjà vu un capitaliste rachitique et malingre ?

C’est peut-être un raccourci rapide ; mais dire que Dieu est capitaliste, (attention le contraire n’est pas vrai), sauf peut-être pour un U.M.P. ou pour un socialiste, est un bon résumé de la situation, puisque tous les deux nous font perdre notre vie à la gagner.

Travailler plus pour gagner plus est donc une escroquerie ! CQFD.

Travailler moins pour travailler tous, me semble bien plus intelligent, mais c’est une autre histoire sur laquelle je reviendrai.

Jean-Claude Vitran.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux