dimanche 20 janvier 2008

Mesdames, messieurs les Instituteurs, convertissez-vous!

« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours le radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance. »

Cette phrase est tirée du discours prononcé par Nicolas Sarkozy, le 20 décembre 2007, lors de sa consécration comme chanoine d’honneur de la basilique de Latran.

Pour une bonne transmission des valeurs (celles de Neuilly – Passy, certainement) et un bon apprentissage du bien et du mal, mesdames, messieurs les instituteurs, convertissez-vous !

Vous n’êtes pas capables, représentants laïques sans morale, de transmettre les bonnes valeurs.

Le personnage emplit tellement la sphère médiatique, entre sa vie personnelle, sa compassion compulsive et ses prises de positions contradictoires que certaines de ses paroles en deviennent négligeables.

Pourtant, il est surprenant que cette phrase ne fasse pas plus de remous car il s’agit d’une insulte, qui ne peut rester sans réponse.

Une insulte envers les éducateurs de nos enfants qui doivent être considérés comme une force de notre pays.

Il est intolérable que le premier des Français, président d’une République laïque, se permette de porter atteinte à la compétence et aux idéaux d’un métier dont on dit qu’il est le plus beau puisqu’il permet de faire émerger l’adulte, le citoyen de l’enfant.

Je vous en conjure, mes amis Instituteurs, réagissez !

Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux