lundi 12 décembre 2011

L'insécurité au service de la sécurité ?



Depuis vendredi 9 décembre 2011, il ne fait pas bon être différent dans les communes de Mériel et de Baillet en France.

Ces deux municipalités ont en effet signé avec la préfecture du Val d'Oise, le procureur de la République et la gendarmerie, deux protocoles de participation citoyenne, autrement dit la mise en place d'un système organisé de délation communément appelée « voisins vigilants ».

Le gouvernement qui pratique une politique de suppression de nombreux postes de fonctionnaires de police et de gendarmes veut faire appel à chaque citoyen pour assurer à sa place un rôle de vigilance et de maintien de l'ordre.

Garantir la sécurité des personnes et des biens est une mission prioritaire de l'État et confier ce rôle aux citoyens n'est qu'une supercherie destinée à dissimuler ses carences et son désengagement dans son rôle régalien de sécurité publique.

Ces pratiques sont destinées à instrumentaliser le sentiment d'insécurité de nos contemporains, favorisant la mise en place d'une société sécuritaire et à demander aux citoyens de dénoncer leurs concitoyens. Ces innovations relèvent, comme aux meilleures années de régimes totalitaires, de pratiques qui sont inacceptables et indignes d'une démocratie.

La Ligue des Droits de l'Homme, très attachée à la sureté républicaine, s'insurge contre la mise en place de ces « milices citoyennes » qui ne peuvent se substituer ni à un vrai travail de prévention et de suivi avec des forces de police au service des citoyens, ni à un système éducatif et à une Justice aux moyens considérablement amplifiés.

La Ligue des Droits de l'Homme demande donc leur suppression immédiate.

Ligue des Droits de l'Homme
Fédération du Val d'Oise
06 89 18 34 78



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux