mercredi 13 octobre 2010

Stéphane Hessel antisémite ?

Stéphane Hessel est né à Berlin en 1917 et a des origines juives. Arrêté par la Gestapo pour ses activités dans la Résistance, il a été déporté à Buchenwald. Au nom de la France, il a occupé divers postes diplomatiques. Secrétaire de René Cassin, il participa à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par l'ONU en 1948. Il a été ambassadeur de la France en Israël. Il est engagé pour les droits des Palestiniens et pour la paix, tout en respectant la légitimité d'Israël.



Stéphane Hessel risque, à 93 ans, de connaître l'humiliation d'une condamnation pour "incitation à la haine raciale" à cause des fanatiques du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNCVA) qui ont porté plainte contre lui, suite à son soutien à la campagne BDS (boycott des produits d'Israël). Le BNVCA ( dont le président a été décoré de la Légion d'Honneur, cet été, par Brice Hortefeux...) prétend avoir déposé 80 plaintes en France, contre des gens qui participent à cette campagne "BDS".

Il s'agit d'actions d'infos aux consommateurs, les incitant à ne pas acheter des "produits non-éthiques" israéliens (preuves matérielles et jugement commercial européen à l'appui : il s'agit de produits issus des illégales colonies israéliennes, marqués "made in Israël", mais provenant, en réalité, de ce que le Droit international nomme "Territoires palestiniens occupés"). C'est une "fraude à l'origine" , une fraude couverte par certains douaniers interprétant mal l'accord UE / Israël (faute que ne font pas les douaniers de Hambourg).

Le BNVCA se sent conforté par une circulaire adressée aux procureurs par la Ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie. Elle assimile, très faussement, ces actions à des appels au "boycott des produits casher" . La ministre y incite ses procureurs à qualifier cette campagne comme une "provocation à la discrimination raciale" et à poursuivre ses participants.

Afficher l'image en taille réelleDemain, 14 octobre, à Pontoise, Alima Boumedienne-Thierry, sénatrice, sera accusée du même "crime". Elle aussi pousse au boycott des produits provenant des territoires occupés. Elle aussi est taxée d'antisémitisme puisqu'hostile à la politique de l'État d'Israël ! En réalité, c’est le monde à l’envers, " le noir est blanc et le haut est en bas" : le boycott arme non-violente devient l'outil des terroristes ! Les motivations du boycott sont passées sous silence ou assimilées à du racisme, et l'on ne retient que le faux argument : on veut nuire à Israël, donc aux Israéliens, donc aux Juifs . La leçon est lourde de sens ! Toute la politique de l'État français actuel est dans cette dualité sans nuances : les bons d'un côté (comme disait Bush) et les méchants de l'autre (tous les adversaires des amis de Nicolas Sarkozy).

En réalité, le gouvernement a besoin du vote juif, du vote juif de droite, pas du vote des Juifs hostiles à l'actuelle politique d'Israël. Et là encore, il ne fait pas dans la demi-mesure ! Qui n'est pas avec moi est contre moi, donc criminel. Qui critique l'État d'Israël n'est pas loin d'être un négationniste, approbateur de la Shoah ! Plus c'est gros, plus ça marche.

Stéphane Hessel, par sa seule personnalité, démontre le contraire de ce que l'on veut nous faire croire. Israël, dit-il, en menant une politique discriminatoire, se met en danger ! Voilà bien pourquoi ce vieux fou doit être achevé, pensent et disent les excités du BNVCA, en lui renvoyant la discrimination au visage et en le trainant devant les tribunaux. Le condamner constituerait la preuve que la France a cessé d'être la France. Mais il ne sera pas condamné. On se contentera de l'avoir sali.

Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux