dimanche 6 février 2011

Anti-sémitisme et anti-islamisme


Les sorts des Juifs et des Arabes sont liés. Sont liés non seulement les sorts des Juifs d’Israël et ceux les Arabes du Maghreb, mais ceux des Juifs du monde entier et des Arabes des immigrations, notamment dans les pays qui furent colonisateurs.


Au moment où les Arabes de Tunisie et d’Égypte (avant d’autres ?) tentent d’échapper à des dictatures qui ont reçu le soutien de pays occidentaux, les Israéliens ont peur. Ils ont peur de l’islamisme. Tout plutôt que « les Barbus » ! Mais ce « tout » peut être pire que « les Barbus », voire ouvrir les portes du pouvoir à ces Arabes anti-israéliens !


L’actuel gouvernement israélien véhicule cette peur et, même, menace… Il est grand temps de se rappeler que Juifs et Arabes ne sont pas, par définition, des ennemis ! Les uns et les autres sont des Sémites. Leurs histoires sont mêlées.


http://4f.img.v4.skyrock.net/4fb/blaguesdepat/pics/2590077913_1.jpg

Les peuples sémites sont les Arabes, les Araméens, les Assyriens, les Phéniciens, les Hébreux, les Juifs et de nombreux Éthiopiens.


Israël est un pays qui, géographiquement, fait partie du Machreq. Il n’y a d’avenir, pour les peuples qui y vivent, que dans la reconnaissance de l’inéluctabilité de la coopération entre Israël et ses voisins. Les Arabes et les Juifs qui le contestent ont une histoire de retard.


S’il devait en être autrement, cela signifierait : soit l’impossibilité, pour les peuples arabes, d’accéder jamais à une démocratie véritable, soit, pour Israël, à un enfermement dans une politique de force qui pourrait conduire au recours final à l’arme nucléaire !


Pour trop de Juifs, la libération des peuples arabes ne peut que mener au triomphe de l’intégrisme musulman, autrement nommé : l’islamisme. Pour de nombreux Arabes encore, l’existence même d’Israël constitue une menace mortelle pour les Palestiniens et les pays voisins qui ont reçu les Palestiniens chassés de leur patrie.


2011 sera-t-elle l’année de la sortie de cette fausse alternative : Israël n’existant que parce que les peuples arabes sont sous le joug ? Accepter, sans arrière-pensée, et l’existence d’Israël et, en même temps, l’existence de la Palestine, dans un environnement d’États arabes libres, développés, ne se joue pas qu’au Moyen-Orient. Ce qui se pense, dans le reste du monde, sur l’anti-sémitisme et l’anti-islamisme, en est la condition.


En France, le FN, ce Front nullement « national » (la nation n’est pas le nationalisme, et n’est pas l’État nation) enveloppe, dans une même contestation hargneuse, voire dans un même racisme, Juifs et Arabes. Comme dans les années 1930, stimulé par la crise économique et sociale, le rejet de l’autre, hier du Juif, aujourd’hui de l’Arabe sans oublier les Noirs, la France franchouillarde, celle de Dupont la joie, refermée sur elle-même, qui élève des frontières partout, y compris autour de la pensée politique, a besoin de boucs émissaires, de responsables de tous nos échecs. C’est là un obstacle permanent à la paix sociale et internationale, à l’acceptation de la réalité humaine, à la réalité planétaire et, du reste, le FN et ses alliés ou proches n’ont que haine pour les « cosmopolites ».


Ce n’est pas un hasard si, en Alsace, mais aussi ailleurs, des tombes profanées, des incendies criminels signés, ont concernés des symboles juifs ou musulmans. Ce n’est pas un hasard si des personnes humaines, fréquentant des synagogues et des mosquées, ont, elles aussi, été visées. Des croix gammées ont été tracées sur des édifices religieux fréquentés par des Juifs ou des Arabes. Les Juifs après les horreurs nazies, les Arabes après la défaite coloniale algérienne, parmi ceux qui ont échappé à la domination, sont exécrés par quiconque ne supporte pas l’échec historique des Européens de « pure race » (hier biologique, aujourd’hui culturelle) et qui considère comme un drame ce retournement politique qui s’effectue au XXIe siècle et qui apparaît comme une désoccidentalisation !


Le caractère historique, et donc dangereux, (et pas seulement pour les peuples concernés), des événements qui surviennent dans le Maghreb et le Machreq, c’est la manifestation de la conquête de la démocratie par des peuples non-occidentaux. La démocratie, née en Grèce, portée par des révolutions en Angleterre, en France, aux États-Unis, imparfaite, souvent trahie, déformée par les ploutocrates et les oligarques, n’a plus le contenu politique indiscutable, constitutif des institutions des États du « Nord », c’est-à-dire de l’Europe et de son appendice géant l’Amérique du Nord.


Maghreb (en bleu) et Machreq (en rouge-orange).


Face à cette évolution considérable, ressurgit le racisme, sous toutes ses formes. L’antisémitisme en est un parmi d’autres. Il n’est pas acceptable de parler de « racisme et d’antisémitisme », car le racisme est une hétérophobie aux mille visages. C’est une peur de l’autre. Il est donc un racisme arabe anti juif et un racisme juif anti arabe et pas seulement un racisme anti-juif et anti-arabe de la part de populations nationalistes européennes ou autres. Il suffit, du reste de voyager en Asie pour constater la variété et la brutalité d’autres racismes.


Notre responsabilité, en France, est de contribuer à ruiner ce qui fonde le racisme, et notamment l’anti-judaïsme et l’anti-islamisme, ces deux anti-sémitismes. La solidarité avec les Tunisiens et les Égyptiens, en cette fin d’hiver 2011, peut en fournir une occasion. La politique israélienne actuelle n’est pas la seule politique possible pour Israël qui n’est pas qu’un État juif ! Quant aux Juifs, proprement dit, où qu’ils vivent, ils disposent des moyens culturels d’aimer et de se faire aimer ! Ils ont tant apporté à la pensée humaine, leur expérience de l’histoire est si vaste qu’ils sont au nombre des peuples les mieux équipés pour vivre avec d’autres peuples. De leur côté, les Musulmans, qui ne sont point tous arabes, ne peuvent supporter d’être plus longtemps confondus avec des sectaires, ignorants et violents, qu’on appelle islamistes ou intégristes !


De deux choses l’une : ou bien la révolution arabe à laquelle nous assistons débouchera sur une véritable libération populaire dont les Juifs autant que les Arabes profiteront, ou bien elle sera écrasée dans le sang et les Juifs autant que les Arabes auront à en souffrir.

_________


"L'adjectif « sémitique » a été forgé par l'orientaliste allemand A. L. Schlözel dans le tome VIII (1781) du Repertorium für biblische und morgenländische Literatur de J. G. Eichhorn, pour désigner des langues dont la parenté était perçue dès le Moyen Âge par les docteurs juifs : l'hébreu, l'araméen et l'arabe. L'appellation était choisie par référence au « tableau des peuples » de la Genèse (x) où Sem, fils de Noé, est donné comme le père d'Abram et l'ascendant d'Eber, éponyme des Hébreux, ainsi que de Yoqtan, ancêtre de diverses populations d'Arabie".

http://www.universalis.fr/encyclopedie/semites/

Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux