lundi 31 décembre 2012

Dans le Kivu, on meurt en silence


 

Au cœur de l'Afrique, à l'est de la République démocratique du Congo (RDC), se trouve l'une des plus belles régions du monde. Tout ici inspire la paix. Mais cet éden, ravagé par dix ans de guerre qui ont fait près de 6 millions de morts, est un enfer pour ses habitants.


Pourquoi cette région déchaîne-t-elle tant de passions, de convoitises, et de haines ?

Simplement parce que son sous-sol regorge de matières premières. La cassitérite, dont on tire l'étain, mais aussi le cuivre, le cobalt, les diamants, l'or, ainsi que tous les minéraux précieux indispensables à l’industrie électronique mondiale, en particulier le coltan, minerai conducteur électrique très demandé qui entre dans la composition des téléphones portables, des ordinateurs et des consoles de jeu vidéo. Et bientôt... le pétrole, qui vient d'y être découvert !

 


Les populations sont ainsi victimes de la richesse du sous-sol de la région qui aiguise les appétits des pays voisins et des milices qui contrôlent l’exploitation des mines. Ce drame est aussi la conséquence de l’abominable génocide de 1994 qui a conduit des centaines de milliers de Rwandais à se réfugier dans les Kivus avec la ferme intention de déstabiliser le régime rwandais et surtout de prendre le contrôle des mines.

Dans un rapport de l'ONU, un groupe d’experts décrit un pays contrôlé par des mafias de rebelles à la solde de dirigeants politiques et militaires d’Afrique centrale et australe, d’hommes d’affaires africains et occidentaux.

Au cœur de ce mécanisme, se trouve le Rwanda, par lequel transitent les minerais extraits au Kivu, sans qu’aucune taxe ne soit jamais payée. Ce petit État, peuplé de 8 millions d’habitants considère cette région comme une zone naturelle d’expansion économique et souhaite l’intégrer à sa zone d’influence.

Notre responsabilité est immense car rien ne serait possible s’il n’y avait pas de clients. Le coltan, qui passe par le Rwanda est envoyé vers les raffineurs d’Europe et d’Asie. Le Rwanda n’est qu’un sous-traitant au profit d’autres acteurs internationaux. Le FMI finance près de la moitié du budget annuel de cet État et les États-Unis en ont fait la plaque tournante économique de la pénétration des entreprises américaines dans la région des Grands Lacs.
Les rebelles pratiquent le viol comme arme de guerre, une méthode de terreur efficace qui abolit toute résistance et permet d’occuper le territoire. Ils ravagent le pays, ils tuent, ils violent par centaines de milliers les femmes et ils enrôlent de force les enfants qu'ils n'ont pas massacrés.

Pour donner bonne conscience aux occidentaux, les Nations-Unies ont envoyé une force de maintien de la paix, importante avec 17 000 hommes, mais inefficace sur le terrain puisqu'elle a l'ordre de ne pas intervenir. Pourtant sa mission est de garantir la paix et la dignité des personnes.


Au sein de l'Afrique devenue son terrain de jeu favori, le monstre libéral révèle son appétit sans limite et son absence de respect de l'être humain.

Car, n'oublions pas, aussi, les mines d'uranium du Niger exploitées, sans précaution, à ciel ouvert par Areva, les mines de diamants et d'argent d'Afrique du Sud, les combats pour le contrôle du pétrole lybien, les essais médicaux effectués sur les populations africaines sans règle éthique, etc ...

Mais, on mesure au Kivu, plus qu'ailleurs, le désastre humain qu'engendre la folie capitaliste.

Pourtant, comme les entreprises occidentales cultivent le flou sur leurs achats de coltan, les consommateurs pourraient exiger la transparence totale sur son origine afin de savoir d’où provient le minerai utilisé dans les téléphones et les ordinateurs portables.

Finalement, la paix dépend de nous, mais le Kivu, c’est loin, et on continuera à y mourir en silence.

Jean-Claude VITRAN et Jean-Pierre DACHEUX

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux