lundi 3 décembre 2012

« Ah ! vous revenez de Pontoise ! » Soyez Vigilants !



L'expression prend aujourd'hui toute sa saveur car il n'est pas sûr que l'étranger, le Rom, le bronzé, en un mot « le différent » puisse revenir de Pontoise sans avoir l'air hébété, comme le dit la chanson.

En effet, le maître des lieux, maire de Pontoise, et sa majorité bleue, ont décidé de constituer une milice. Non pardon ! De promouvoir une opération de « voisins vigilants », c'est-à-dire de demander à des quidams ordinaires de surveiller les allées et venues, dans les rues de Pontoise, où, chacun le sait, le danger rode à tout instant.

« Fernande, je vois un étranger, appelle la Komandantur ! - Tu veux dire le commissariat, Robert... »

Voilà ce que l'on va entendre, derrière les rideaux des chaumières de Pontoise, parce que les quidams ordinaires, candidats à la surveillance, ne seront pas si ordinaires que cela.

Voyeurs, pervers, psychopathes autodésignés, les professionnels de la délation vont s'en donner à cœur joie, ils n'auront plus à se cacher, plus à téléphoner anonymement pour dénoncer les agissements qu'ils croient suspects de leurs contemporains.
Ils pourront, enfin, calomnier au grand jour, dire tout le mal qu'ils pensent des voisins qu'ils n'ont jamais supportés.

Cette idée de « Voisins vigilants » a été imaginée par l'avant-dernier ministre de l'Intérieur et l'on aurait pu penser que le nouveau ministre, que l'on croyait de gauche, prendrait des dispositions pour arrêter ces dérives droitières.

Non, naïfs que nous sommes, ses gendarmes font la promotion de ce concept qu'ils qualifient de novateur. (voir lettre ci-dessous - pour la lire cliquer dessus)

Et enfin, cerise sur le gâteau, pour aider les délateurs, le shériff de Pontoise, et sa majorité de plus en plus bleue veulent installer la vidéo-surveillance, renommée vidéoprotection, alors qu'elle ne protège personne et que son installation et sa maintenance sont ruineuses.

Enfin, ruineux, pas pour tout le monde...

Mais les Pontoisiens ne vont pas en revenir lorsqu'ils regarderons incrédules le coût de ces caprices sans efficacité en recevant leurs feuilles d'impôts.

Alors, revenir de Pontoise posera quelques difficultés, mais y rester aussi.

Jean-Claude VITRAN et Jean-Pierre DACHEUX

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux