mercredi 5 novembre 2008

Obama : aller au-delà du rêve.



Martin Luther King ne le pouvait prévoir : un Noir à la maison Blanche!
Mais il ne serait pas tombé dans le piège de la louange inutile.
La célébration d'un seul Noir n'annonce pas encore la promotion de tous.
Tous, non point tous les Noirs, mais tous les humains dont on ne parle jamais.



"I have a dream".


J'ai rêvé d'une presse qui ne se jette pas sur l'événement puis l'oublie aussitôt.
J'ai rêvé d'un monde qui ne s'émerveillerait pas de l'élection d'un Noir.
J'ai rêvé d'un espoir qui ne retombe pas comme un soufflet, dès demain.
J'ai rêvé d'adultes qui ne célèbrent plus aucun culte de la personnalité.
J'ai rêvé d'un peuple ne cherchant pas son bonheur dans le choix d'un chef.
J'ai rêvé d'un pays cessant de se regarder au travers du prisme étatsunien.
J'ai rêvé d'une France qui ferait ce qu'elle admire hors de chez elle.
J'ai rêvé d'une politique qui ne soulève pas des enthousiasmes illusoires.
J'ai rêvé d'une humanité ne regardant plus le doigt qui lui montre le ciel.
J'ai rêvé que nous osions regarder le ciel lui-même.
J'ai rêvé que nous ne nous contentions plus de rêver.
J'ai rêvé que nous construisions courageusement nos propres rêves.


Jean-Pierre Dacheux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux