jeudi 24 juin 2010

Manipulations et magouilles autour des retraites

Aujourd'hui on manifeste contre le projet du gouvernement de réforme-déforme des retraites.

Celui qui mêne le bal, Éric Woerth, s'y est fait marcher sur les pieds. Mieux eut valu pour lui que son épouse n'ait pas à se soucier de la retraite dorée de Mme Bettencourt...

Mais là n'est pas le pire.

Le Monde rapporte qu'une enquête IFOP demandait : "Vous savez que le gouvernement a annoncé le report progressif de l’âge légal de la retraite à 62 ans, en 2018, pour les générations nées après 1956. Est-ce que ce recul de deux ans de l’âge de départ légal vous semble être quelque chose de ... ?" Pour répondre, le sondé avait le choix entre "acceptable" et "inacceptable", avec des degrés de variation.


Informe-déforme-conforme-réforme-chloroforme

Le sondage CSA, paru le 17 juin dans Le Parisien, formulait, lui, la question plus abruptement : "Êtes-vous tout à fait, plutôt, plutôt pas, ou pas du tout, d'accord avec le projet d'Éric Woerth ministre du travail, de reculer l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans en 2018 ?" On le voit, dans un cas, la réforme est détaillée avec la date de son entrée en vigueur et les catégories auxquelles elle s'applique, dans l'autre, on questionne l'opinion sur la simple mesure. La manière même dont les réponses sont formulées peut aussi influer : on est plus enclin à être "pas d'accord" qu'à "trouver inacceptable".

Chérèque et la CFDT s'offusquent face à cette façon de poser les questions. Thibault et la CGT le rejoignent. Et nous qu'en disons-nous ?


Qui ment? Le peuple le sait.

Et bien tout simplement que l'entreprise d'enfumage de l'opinion est rondement menée. Des Français, et plus souvent encore des Françaises, qui attendent encore, parfois, le règlement de leur pension, une fois passés leurs 61 ans, même s'ils (ou elles) ont pu ou dû accéder à la retraite à 60 ans ou avant, pourraient-ils trouver "acceptable" que l'âge légal soit porté à 62 ans ? Mais qui, du reste trouve ça "acceptable" ? Ceux qui ont des revenus confortables ou ceux qui ont strictement besoin pour vivre, d'une pension de retraite, après les années de labeur qui les ont souvent épuisés ?

Non, le cynisme a des limites. Le scandale de l'étalement du confort et du luxe au moment même où tout est occasion de restreindre des "avantages" et des droits qui avaient été conquis, de haute lutte, tout au long du XXe siècle, est devenu insupportable. Le pouvoir actuel est inconscient, imprudent et indécent. Il devrait pourtant savoir que, depuis Abraham Lincoln, "on ne peut tromper tout le peuple tout le temps". Puissions-nous échapper à une révolte que fomentent consciemment ou pas, ceux qui se vautrent dans l'injustice. Et pour cela, il n'y a qu'un chemin à prendre : le partage réel de toutes les charges qui pèsent sur le pays, en fonction de tous les moyens disponibles, en sortant de la désinformation la plus éhontée et en cessant de taxer plus le travail que le capital.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham_Lincoln

http://www.paris13.pcf.fr/IMG/arton386.jpg

Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux