dimanche 16 mai 2010

Parlons donc de la retraite...

Ne cédez pas un pouce de terrain sur l’âge et le montant de votre retraite.

http://communistesclichy92.elunet.fr/public/communistesclichy92.elunet.fr/retraites.jpg

D’aucuns disent que les meilleurs moments de la vie sont l’enfance et la jeunesse. C’est certainement vrai pour l’insouciance propre à ces âges, pour la certitude que l’on va changer le monde que ces crétins de « vieux » n’ont pas réussi à changer, pour l’espoir que l’on va rencontrer le bonheur.

C’est, bien sûr, les premiers émois amoureux, c’est aussi la vivacité, la force, l’entrain, l’enthousiasme, mais c’est aussi l’autorité, l’éducation, l’apprentissage, puis le début de la vie professionnelle maintenant si stressant et difficile. Autant de contraintes que Michel Foucault dépeint dans ce qu’il appelle la société disciplinaire, celle de l’enfermement dans la famille, à l’école, à l’usine.

Et quelques années, plus tard, on tombe dans la routine d’une vie servile faites d’éternels compromis car on a compris, désabusé, que l’on ne changera rien. Heureusement, il y a l’heure de la retraite ! Pour certains, c’est la fin de vie, mais rien n’est plus faux.

Elle est le commencement d’une vie nouvelle, le meilleur moment de l’existence, celui de la liberté, celui où l’on sait que demain le chef tatillon ne viendra plus vous emmerder, que les embouteillages, le métro, la cohue, c’est pour les autres. C’est tous les jours les vacances, quel délice de savoir que le réveil ne sonnera pas alors qu’on a envie de dormir encore un peu. C’est aussi, le moment de faire ce que l’on a envie, de se consacrer à ses petits enfants, à son violon d’Ingres, de militer dans des associations, … à tel point que beaucoup de retraités, très actifs, disent : « je suis submergé tellement j’ai d’activités. » Il faut noter que ce bénévolat est du bénéfice perdu et ne fait pas le jeu des ogres du profit.

***

Alors vous qui êtes jeunes et actifs, un conseil si vous le permettez, ne vous laisser pas endormir par le chant des sirènes. Ce qu’on vous raconte sur la problématique des retraites n’est que propos fallacieux et trompeurs. Comment nos gouvernants ou leurs « experts » seraient-ils capables d’imaginer ce qui va se passer en 2030, en 2050 alors qu’ils sont incapables de prévoir ce qui va se passer l’année prochaine ; la crise de 2007 en est l’exemple le plus probant.

Le temps de travail a diminué continuellement depuis 150 ans, pourquoi en serait-il autrement dans les décennies à venir alors que la productivité progresse continuellement et que le système économique n’a de cesse de diminuer le nombre des salariés pour les remplacer par des machines qui ne font pas grève pour de meilleures conditions de travail, ne sont pas malades, ne prennent pas de vacances et peuvent travailler à n’importe quel moment du jour et de l’année.

Cela pourrait éventuellement être vrai dans une société stable conforme à celle d’aujourd’hui, mais imaginer le marché du travail en 2030, voire en 2050, sans intégrer les conséquences :

... - des dérèglements climatiques, écologiques, sociaux,

- de la venue de migrants qui seront toujours plus nombreux,

- de l’émergence de nouveaux pays concurrentiels, Chine, Indes, Brésil …

- de l’évolution d’une nouvelle industrie sans les énergies fossiles, comme le pétrole, etc...

... est mensonger, irresponsable, voire criminel.

Nos gouvernants, de tous bord, sont des maîtres chanteurs, thuriféraires d’une société sans avenir dont ils ne sont que les bas exécutants et qui, comme tous les grands menteurs, finissent par croire ce qu’ils disent. Ce qu’ils vous chantent met en musique de fausses paroles, qui cachent ce fossé des inégalités qui ne cesse de se creuser et donc refusent la répartition des richesses.

http://carcassonne.gauchepopulaire.fr/public/carcassonne.gauchepopulaire.fr/manif-des-retraites.jpg

Avec une plus juste répartition des richesses, comme par enchantement ne règlerait-on pas le problème des retraites et la majeure partie des dysfonctionnements de notre société ?

Ne cédez pas un pouce de terrain sur l’âge et le montant de votre retraite.

Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux