mardi 27 avril 2010

26 avril 1986 : douloureux anniversaire

Le tournant nucléaire

Du mensonge de Tchernobyl

au mensonge nucléaire généralisé.


Trente-quatre ans plus tard, tout n'est pas dit encore !

En Ukraine la dévastation sournoise a perduré.

En Biélorussie, toute proche, on a fait taire les scientifiques qui avaient révélé le désastre.

Et le mensonge continue : ce fut la faute d'un mauvais réacteur, du régime communiste...

À moins que ce ne soit la faute des ingénieurs agissant sur ordre de l'armée soviétique...

Tout a été avancé pour trouver une explication qui ne remette rien en cause... !

Ailleurs, partout ailleurs, il fallait que, dans les esprits, le nucléaire reste sans risque grave !


Nul besoin d'être docteur en physique nucléaire pour poser, à présent, les bonnes questions.

Même statistiquement minime, un tel risque d'explosion nucléaire civile, peut-il être pris ?

Le vieillissement des centrales n'augmente-t-il pas sensiblement les dangers de contamination ?

L'accumulation de déchets qu'on ne sait désactiver pourra-t-elle durer longtemps encore ?

Un « Onze septembre » nucléaire et terroriste est-il possible, où que ce soit sur Terre ?

La vente de centrales « clefs en main » à des États dictatoriaux n'est-elle pas insensée?

Le principe de précaution, trop souvent invoqué à tort, n'est-il pas fondé face au risque nucléaire, ?

La privatisation de l'entretien des centrales nucléaires n'affaiblit-elle pas la sécurité ?

Un séisme imprévisible ne pourrait-il déclencher une catastrophe, au Japon, voire dans les Alpes ?

Développer le nucléaire est-il compatible avec le développement très urgent d'autres énergies ?


Le nucléaire civil est inséparable du nucléaire militaire, y a-t-il besoin de le démontrer ?

Pourquoi interdire le nucléaire civil à l'Iran si ce n'est parce qu'on craint... « la bombe » ?

Pourquoi négocier avec la Corée du Nord si ce n'est à cause de... « la bombe » ?

Les États qui disposent de nombreuses centrales nucléaires ne possèdent-ils pas... « la bombe » ?

La France ne fonde-t-elle pas sa puissance, tant économique que militaire, sur le nucléaire ?

Les USA de Three Miles Island, la Russie d'après Tchernobyl, peuvent-ils encore détruire la Terre ?

Pourquoi les irradiations de militaires français, longtemps cachées, restent-elles sous estimées ?

Les civils des centrales ne vont-ils pas, comme avec l'amiante, souffrir de maladies mortelles ?

Le nucléaire civil et militaire qui exige une surveillance totale supporte-t-il la démocratie?

Une nation peut-elle, au nom de sa souveraineté, mettre l'humanité entière en péril?


Le nucléaire est un outil du pouvoir.

Ce n'est pas une nécessité économique.

Le nucléaire pollue les esprits autant que les sols et les eaux.

Ou nous y mettrons fin ou il mettra fin à nos civilisations

http://npa05.hautetfort.com/media/00/01/1845244687.gif

Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux