vendredi 25 décembre 2009

Ne soyons pas des lemmings?


Serions-nous des lemmings d'Europe, des rats des toundras?
Des rongeurs, des campagnols, des hamsters?
Des animaux prolifiques, des suiveurs, des sots?
Des candidats au suicide collectif ?


Sommes-nous l'innombrable proie des renards!

Non, cette légende du suicide a été démentie.
Les scientifiques la savent fausse.
Les fins massives de rongeurs sont dues à une écologie classique.
Trop peu de nourriture ou trop de prédateurs!


Pourquoi l'animal humain court-il aussi se noyer?

Pourtant, dans la tradition, ce sont bien des rats
Que le Joueur de Flute de Hamelin, image littéraire d'un Pan d'Europe,
Entraine vers la rivière...
Mais ce sont aussi, ensuite, les villageois, qui l'avaient lapidé...


Le Joueur de Flûte se joue des haineux.

Autre symbole : Kokopelli, le Semeur, le Farceur, le Vagabond,
Le Troubadour, le Colporteur, le Dissident, l’Hérétique,
Cet autre Joueur de Flûte (1)
À qui nous tentons d'interdire de distribuer ses semences...!


Kokopelli, si proche de Thyll l'Espiègle,le saltimbanque farceur.

Et si, bien avant, selon Rabelais, les moutons du marchand Dindenault
Suivirent le floucat, le mouton de tête, celui que Panurge jeta à la mer...
C'était pour avertir que nous pouvons tous être moutons
Et courir au gouffre en aveugles inconscients.


François Rabelais, dont l'humour sauve de tout désespoir...

En ce temps où se multiplient les hommes,
Regardons où nous allons.
Lemmings, rats, moutons seraient-ils des humains transformés en bêtes?
Car qui ne regarde que celui qui le précède finira englouti!


Les suivistes chutent plus sûrement, aveuglés qu'ils sont par les mensonges

N'écoutons pas les sirènes, l'une d'elles fut-elle de Copenhague.
Ne soyons pas des lemmings, fussent-ils ceux des contes populaires.
Ne soyons pas ces moutons de Panurge, dont se gausse Pantagruel...
Mais que 2010 soit, pour nous, une année de réveil et de libération.


Et quitte à être des moutons, soyons noirs...

(1) http://www.kokopelli.asso.fr/
Cela fait 17 ans que nous luttons pour conserver le “privilège” de distribuer des semences de tomates, de courges, de laitues, etc. N’est-ce pas pathétique? Comment en est-on arrivé à l’abandon total de nos libertés les plus essentielles? La mafia semencière contre laquelle Kokopelli défend son droit d’exister, c’est cette même mafia qui contrôle la pharmacie, et qui contrôle l’agrochimie, et qui contrôle les chaînes de distribution alimentaire. Ce sont les multinationales des Sciences de la Mort qui stérilisent, qui virtualisent et qui synthétisent le Vivant. Ce dont l’humanité a besoin, ce n’est pas d’un nouveau Messie qu’il soit Noir ou Caucasien-Hongrois. L’humanité s’est fourvoyée dans une impasse écologique dont nul messie, prophète, avatar ou sage illuminé ne va l’en sortir. Il n’est nul besoin de moraliser le capitalisme mais il est par contre urgent de moraliser la morale Occidentale. Depuis l’été 2007, l’Occident a mis sur la table des milliers de milliards de dollars pour sauver les grands brigands de la finance: de quoi nourrir la totalité du Tiers-Monde pendant un ou deux siècles. En toute indécence.
Dominique Guillet, président de Kokopelli.


Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux