lundi 31 août 2009

Une politique de primaires!

http://parisbanlieue.20minutes-blogs.fr/media/02/01/ca94df4739bce6dd35b44ed93778ffcc.jpg

"Les Grenouilles qui demandent un roi". C'est plus qu'une fable; c'est actuel!

La politique, en France, à la rentrée de septembre 2009, consiste principalement à tourner et retourner les arguments en faveur de primaires électorales, notamment pour désigner, bien à l'avance, le leader capable de remporter les Présidentielles de 2012.

Nous y voilà donc. Un pas de plus est franchi dans la direction d'une américanisation de notre société! Après la personnalisation médiatique, voici la "people-isation" de la politique, région par région, ville par ville, quartier par quartier! Les grenouilles citoyennes vont se choisir un roi-candidat qui pourra d'autant mieux, une fois sur son perchoir élyséen, régner sur le vivier électoral et s'y nourrir tout à son aise!

La Fontaine nous en a pourtant prévenus! Ceux qui réclament un prince tombant du ciel en seront les victimes. Comment peut-on encore concevoir la démocratie, la gestion des affaires du peuple, comme la recherche du meilleur gouvernant au lieu de se préoccuper du meilleur gouvernement?



Jean de la Fontaine (1621-1695)

Au lieu de contester les institutions de la monarchie républicaine que nous a léguées De Gaulle, au lieu de nous opposer à la bipolarisation qui ne fait que s'accentuer, au lieu de rénover une démocratie qui concentre les pouvoirs et refuse de les partager, au lieu de promouvoir le mandat unique (plutôt que le très vague cumul des mandats), au lieu de confier les responsabilités à exacte parité entre humains des deux sexes, au lieu de penser un avenir où l'initiative politique ne sera plus déléguée mais de plus en plus cogérée, on ouvre la boîte de pandore de primaires faites pour seulement choisir l'élite des élites! Et cette idéeAfficher l'image en taille réelle de primaires, exprimée de façon primaire, par des esprits primaires, surgit, une fois de plus, de ce parti né pour que le peuple se saisisse de son destin et qui, tout au contraire, s'empresse, en ce début de siècle, de s'emparer de tous les moyens de gérer le destin du peuple à sa place! Du socialisme, je ne vois pas la trace dans cette copie, palotte, de pratiques d'outre atlantique dont l'Italie nous a révélé combien elles étaient inadaptées à l'Europe et surtout à ce qui se prétend "la gauche"!



Nous ne sommes ni des éléphants (à la mode PS) ni des ânes (à la mode US). Cette politique de caucus à la française ne pourrait qu'être une politique de cocus! Ne nous laissons pas plus berlusconiser que sarkoïser : des primaires, comme axe de nos choix politiques, ce serait l'échec garanti.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux