mercredi 8 mai 2013

Commémorer l'abolition de l'esclavage des Roms



 



Le 10 mai 2013 aura eu lieu la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Une cérémonie officielle se sera déroulée, comme tous les ans, dans le jardin du Luxembourg, en présence du Président de la République. 

La loi Taubira du 21 mai 2001 concerne, en effet, la reconnaissance, comme crime contre l'humanité, des traites et des esclavages pratiqués, à partir du XVe siècle, sur certaines populations. Elle précise : « La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité ». (article 1er).

Avant même le XVe siècle, l'esclavage fut une réalité historique, européenne autant qu’américaine, qui ne se limita pas à la perpétration de la traite négrière transatlantique. Parmi les abolitions intervenues au XIXe siècle, figure l'abolition de l'esclavage des Roms en Moldavie et Munténie (ou Valachie). L'Église moldave libéra ses esclaves roms en 1844 et l'Église de Munténie en 1847, mais cet esclavage fut largement maintenu et même réinstauré, en 1849 par les forces occupantes russes et turques. Il ne devint illégal, dans ces deux principautés, qu’en 1855 et 1856, mais ne fut définitivement aboli qu'en 1863, deux ans après l'unification et la création de la Roumanie, sous l’impulsion impériale française, en 1861. À ce mitan du siècle, l'abolition définitive de tout esclavage avait déjà été signée, en France, le 27 avril 1848, au début de la seconde République, à l’initiative de Victor Schœlcher. Le lien historique entre les abolitions transatlantique et européenne est bien avéré.

L'esclavage des Roms, qui dura donc un demi-millénaire, (dès leur apparition dans les principautés pré-roumaines, au milieu du XIVe siècle, jusqu'au milieu du XIXe siècle), appartient, à présent, à l'histoire de tous les Européens. Le déni et l’oubli d'un esclavage si long et si brutal n'est plus acceptable, viole la mémoire commune, et pèse encore sur les relations entre les Roms et les autres populations européennes. Il est temps d'enseigner et de rappeler à tous les concitoyens de l'Union que ce lointain passé a laissé des traces dans notre présent, partout en Europe.

L'abolition de l'esclavage des Roms a désormais toute sa place dans la commémoration, en France, de l'abolition des esclavages, chaque 10 mai.

"Les Européens organisent des sociétés philanthropiques pour l'abolition de l'esclavage en Amérique alors que, sur leur propre continent, 400 000 Tsiganes sont maintenus en esclavage". Kogalniceanu Mihail, esquisse sur l'histoire, les moeurs et la langue des Cigains, connus en france sous le nom de Bohémiens, Berlin, 1837.
(Kogalniceanu est un historien roumain francophone qui devint premier ministre de la toute nouvelle Roumanie unifiée, en 1863.)


Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux