dimanche 22 février 2009

La Guadeloupe ou "l'effet papillon".


Cela ne peut signifier qu’une chose :

non pas qu’il n’y a pas de route pour en sortir,

mais que l’heure est venue d’abandonner toutes les vieilles routes.

Aimé Césaire, "Lettre à Maurice Thorez".


La Guadeloupe est entrée en résistance. Il ne s'agit pas d'une manifestation supplémentaire de la crise, mais de la révélation d'une mutation. "La grande transformation" a surgi aux Caraïbes mais elle ne concerne pas que les Antilles françaises, ni même que la France. Elle est un refus de la marchandisation généralisée, de "la profitation"..., et ça ne fait que commencer.

Les "marmonneurs de mots", comme disait Aimé Césaire, ont cette fois frappé très fort : le manifeste des neuf intellectuels (1) ose dire en quoi la poétique rejoint la politique et pourquoi, quand la poésie poétise l'impoétisable, le monde entier tremble. Le conflit traditionnel qui oppose deux hommes, deux sociétés, deux idéologies, nous y sommes habitués et nous savons, hélas, comment ça se termine : par la victoire du plus fort. Là, il s'agit de tout autre chose, du sursaut global d'un peuple qui dit sans peur et sans haine mais non sans colère, ceci : celui qui est chez lui a droit de se préoccuper de ses propres affaires. "On n'achète pas la paix sociale avec une allocation". Il est des produits de plus haute nécessité au premier rang desquels la dignité. Se faire respecter entraine l'abandon des inégalités.

Le capitalisme est devenu une philosophie, une dictature intellectuelle, dont nul ne sait comment sortir, fondant une activité planétaire prédatrice. La maximisation de l'intérêt individuel est indigne et tue. Des toutes petites Antilles nous vient, alors, une contestation de cette idéologie, car c'en est une, et le manifeste nous parle de l'universel, de l'unité de l'humanité, de l'urgence absolue à répondre au défi écologique, de l'évidence d'un dépassement de la question raciale quand les USA eux-mêmes confient leur politique à un président "créole"...! (Glissant et Chamoiseau, dans leur tout dernier livre, en appellent aussi à Obama, évidemment dépassé par la puissance symbolique qu'il a déclenchée, pour qu'il ne fasse pas obstacle à "la mise en poétique de l'inévitable changement du monde").


Les journalistes sont très embarrassés face à ce flux d'idées neuves ultramarines : les neuf intellectuels guadeloupéens ont-ils lancé un manifeste-de-la-révolte ou un simple manifeste de soutien à la Guadeloupe, signé un manifeste-pour-les Antilles ou rédigé un texte contre-les-archaïsmes coloniaux, ou bien ce manifeste-de-neuf-intellectuels-antillais-pour-des-societes-post-capitalistes n'est-il, sobrement, que le-manifeste-des-neuf-intellectuels-antillais? Qu'importe, au fond? Le vrai titre est, je pense : "Martinique – Guadeloupe – Guyane – Réunion, manifeste pour les produits de haute nécessité". Et ce qui pèsera, c'est la "haute nécessité", car le besoin d'un changement fondamental, pour "briser un impossible", nécessite l'ouverture du champ de projection à tous les imaginaires du monde.

Pure folie? "La société, ça n'existe pas" affirmait Margaret Thatcher. Elle et ses successeurs ont été bien près de nous le faire croire. L'individuation des comportements a bouleversé les sociétés. Le retour du vivre ensemble, qui ne sera pas un retour au passé ne va pas se faire sans heurts et malheurs. Le Collectif, si nous le régénérons, ne sera pas une nouvelle et vaste secte. Un miracle poétique et politique n'est plus une utopie hors de portée. Dépasser l'enfermement dans des insularités aux horizons bouchés par la mondialisation, dépasser les Antilles et les départements d'outremer, ne pas s'enfermer dans nos métropoles, acquérir une conscience planétaire, c'est possible mais ce n'est pas acquis. Il n'est, pourtant, de plus grande urgence.

L'effet papillon, le battement d'aile qui déclenche un ouragan à l'autre bout du monde, tant tout est lié et solidaire, va-t-il se manifester sur notre planète? Sommes-nous prêts à accompagner cette formidable énergie politique. À chacun de le dire.

(1) les sources où trouver ce manifeste différemment titré :
http://www.mediapart.fr/journal/france/160209/neuf-intellectuels-antillais-lancent-un-manifeste-de-la-revolte
http://www.livreshebdo.fr/les-gens/actualites/chamoiseau-et-glissant-lancent-un-%E2%80%9Cmanifeste%E2%80%9D-de-soutien-a-la-guadeloupe/2723.aspx http://www.lexpress.fr/actualite/politique/neuf-ecrivains-signent-un-manifeste-pour-les-antilles_741518.html
http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/02/16/neuf-intellectuels-antillais-contre-les-archaismes-coloniaux_1156114_823448.html
http://www.paperblog.fr/1616289/manifeste-de-neuf-intellectuels-antillais-pour-des-societes-post-capitalistes/
http://www.rue89.com/2009/02/16/le-manifeste-des-neuf-intellectuels-antillais

Jean-Pierre Dacheux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux