lundi 20 octobre 2008

L’affaire des sifflets.

AFP
Ils sont beaux. Ils sont jeunes. Ils sont inconscients. On les prend en otages.

Ah, qu’elle était belle la France Black – Blanc - Beur de 1998 !

A cette époque, tout le monde, à l'unisson, chantait la Marseillaise et brandissait le drapeau national.

Nous avions chaud au cœur car il nous semblait que le mot fraternité reprenait du sens.

Pourquoi ces changements ?

S’est-il d’ailleurs vraiment passé quelque chose ?

Michel Platini, qui s’y connaît en matière de football, dit dans Le Monde « Il y a trente ans, quand je jouais avec l’équipe de France, la Marseillaise était sifflée sur tous les terrains. Mais à l’époque, les politiques (et leurs maîtres, les financiers -1-) ne s’intéressaient pas au football et ça ne choquait personne ». Il rajoute : « une fois encore, le football est pris en otage par le monde politique, car cette histoire de sifflets est devenue une affaire politique qui n’a rien à voir avec le sport. »

Pourtant, oui, depuis 1998, il s’est passé quelque chose.

Il s’est passé que nous avons régressé, que l’occident s’est radicalisé et que l’argent roi est devenu le système dominant, que les Twin-Towers sont tombées, que nous avons connu les attentats de Londres puis de Madrid, et qu’en France, M. Sarkozy est devenu ministre de l’Intérieur puis Président de sa République.

Il s'est passé que l’on a oublié de mettre l’Homme au cœur de nos préoccupations, que la fraternité, comme l’égalité et bientôt la liberté, valeurs phare affichées au fronton de notre république, sont en recul.

Pour les siffleurs, cela se solde par une régression considérable. Ils sont laissés pour compte. Pire, de copains Blacks, Beurs, ils sont devenus les boucs émissaires de tous les maux dont la France souffre.

Pendant toutes ces années, de petites phrases en petits mots, on les a qualifiés de « racailles », puis on leur a promis un nettoyage au karcher. On leur a même dit de retourner chez eux, eux qui, pour la plupart, sont…français!
On parle maintenant de les « nettoyer au Destop »
, selon Fadela Amara, s'exprimant le 15 octobre, au lendemain du match retransmis sur France 2, (à croire que le pouvoir l’a rendue amnésique sur ses origines).

Dans le florilège d'injures et mots plus ou moins violents, on relèvera que des membres du gouvernement qualifient les siffleurs « d’imbéciles », « de voyous ». Bernard Laporte stigmatise les personnes d’origines maghrébines en laissant entendre qu’elles ne sont pas civilisées et pas saines. Jacques Myard, député UMP des Yvelines les qualifie de « petits merdeux ».

Ces jeunes indociles sont particulièrement appréciés de la police, (eh ! oui, elle les contrôle plusieurs fois par jour, jusqu’à 8 fois à Villiers le Bel, et par les mêmes fonctionnaires de police...)

Depuis 1977et les 110 propositions de François Mitterrand, depuis 30 ans, on promet à ceux qui résident avec une carte de séjour le droit de voter aux élections locales et donc d’être des citoyens à part entière et plus à part.

Le pouvoir n’a pas cherché à les intégrer, mais à les dé-s-intégrer.

Annisa, jeune Beur d’Épinay sur Seine, dit : « c’est vrai, je ne sais pas ce que je suis, je veux me considérer comme une française, mais dès qu’on me traite de sale arabe, ça me perturbe, ça me travaille..., alors nous sommes un peu de nulle part » et elle ajoute, fataliste : « De toute façon, les Français pensent que se sont les Arabes et les noirs qui foutent la merde dans ce pays ».

On va installer à Paris,, avec la bénédiction de la municipalité de gauche, 1250 caméras de vidéosurveillance, surtout dans les quartiers soit disant chauds…, les quartiers des siffleurs : 11ème, 18ème et 19ème arrondissements pour surveiller… les siffleurs.

Avec 50 millions d'euros l’installation et 6 millions annuel de fonctionnement, on pourrait payer plus de 200 fonctionnaires et recréer du lien social. (2)

Un commissaire du 19ème assure : « A l’heure de la déflation des effectifs de police, la vidéo devrait permettre d’améliorer la couverture de terrain. » Quel constat d’échec !

Dans le même temps, des députés UMP dont Jacques Myard (déjà nommé) ont déposé 2 projets de lois, l’un pour interdire aux mères, porteuses d’un voile, la possibilité d’accompagner leurs enfants lors des sorties scolaires, l’autre pour interdire le port de la burqa sur tout le territoire français. En matière d’intégration on pourrait trouver mieux.

A croire que d’aucun cherche le conflit majeur, mais je me trompe certainement ! La crise financière et économique que nous vivons ne va qu’exacerber ces tensions. Les plus pauvres, les plus démunis, les victimes des inégalités s’interrogent, à bon droit : il y a 2 mois, la France était en faillite, aujourd’hui, elle est prête à offrir 360 milliards pour essayer de sauver le système financier! De qui se moque-t-on ?

Les mois, voire les années à venir seront difficiles pour tous, mais certainement plus encore pour ces populations qui sont ostracisées en permanence. Il est temps que tous les démagogues, tous les populistes se taisent, qu’ils cessent de tenir des propos assassins et extrémistes, qu’ils arrêtent de souffler sur les braises.

Notre démocratie a besoin d’apaisement, sinon, elle sombrera !

(1) - Ajout du rédacteur.
(2) - On installera aussi des caméras de vidéoprotection dans le 16e pour rassurer les mémères à rivière de diamant.

Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux