lundi 4 février 2008

Ne touchez pas à mai 68!

Je suis un enfant de mai 68 et j’en suis fier !

Non, Messieurs de la bourgeoisie, Mai 68, ce n’est pas ce que vous essayez de faire croire ?

Vous êtes prêts à tout pour conjurer une frayeur vieille de 40 ans.

Mai 68 a remis en cause votre ordre établi, mais il ne fût pas la propriété des seuls étudiants parisiens.
Il eut un retentissement mondial.
Il permit la remise en cause de quelques dictatures, entre autres au Portugal, puis à Prague et à Santiago du Chili.

Nous savions, en 1968, et nous savons encore, en 2008, que tout ne se vaut pas.
Nous savions et nous savons encore faire la différence entre le bien et le mal sans passer par l'onction des ministres du culte,
Nous savions et nous savons encore faire la différence entre le beau et le laid, dans l'art.
Nous savions et nous savons très bien qu’existent des valeurs, notamment celles de la justice et du partage, que vous, vous avez oubliées.

Oui, face à vous, les pères fouettards de la droite, les biens pensants qui nous avaient, voici 40 ans, tout comme aujourd’hui, assommés d’injustices, nous, enfants de Mai 68, nous ne voulions, et ne voulons encore, qu’une société plus juste.

Vous demeurez les tenants du désordre établi, mais ne croyez pas que la partie est gagnée, nos spectres vont resurgir.

Sous votre capitalisme, notre renouveau déjà apparaît...

Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux