jeudi 28 janvier 2016

Un désaccord politique majeur

La droitisation de la gauche, dite « socialiste », s'achève. Avec le départ de Christiane Taubira du ministère de la Justice, la dernière raison de ne pas rejeter totalement le gouvernement Hollande-Valls disparaît.

On peut, à présent, sans retenue, dresser la liste des motifs - chacun étant suffisant – de ne plus jamais voter pour ceux qui ont fait plus que trahir : ils ont sali les raisons que nous avions d'agir en politique !

La démission de Christiane Taubira (une démission et pas une éviction), nous libère. Dans un peu plus d'un an, l'élection présidentielle se présentera dans un contexte nouveau. Non que l'ex-Garde des Sceaux puisse être une candidate alternative possible et souhaitable, mais elle ouvre une porte : « "Parfois résister, c'est rester, parfois résister, c'est partir", écrit-elle. Eh bien partons ! Chaque citoyen qui soutint l'ex-gauche, doit pouvoir, librement, se retirer de cette malaventure qui aura couru, de 2012 à 2017.

Après l'échec pseudo-communiste qui a dû traverser l'épreuve de la « désoviétisation » pour être révélé, voici venu le temps de l'échec pseudo-socialiste, engagé au cours des septennats de François Mitterrand et qui, de proche en proche, a conduit à se soumettre aux exigences du monde de la finance.

Bientôt viendra, à son tour, l'échec du système économico-politique pseudo-libéral qui ne résistera pas, lui aussi, à ses contradictions. Le triomphe idéologique de Nicolas Sarkozy, en 2007, ne lui a pas permis de gagner durablement l'opinion publique, mais l'élection présidentielle de 2012 n'a pas davantage entrainé un changement de direction vers plus de partage et de réalisme écologique. Et nous voici entrés dans un virage, une mutation dont nous ne voyons ni la courbe ni l'issue.

Rompre avec ce qu'on a appelé le capitalisme, et qui intègre donc, à présent, le parti dit des « Solfériniens » (dont le siège, rue de Solférino, abrite les courtisans de l'actuel monarque élyséen) est non seulement possible, mais très urgent et nécessaire.

Car il n'est pas qu'un seul « désaccord politique majeur ». Il en est plus qu'on en peut énumérer et ce début d'année 2016 en a fourni quelques nouveaux exemples.

La politique de vente d'armes (de non pas la France mais du complexe militaro industriel français), s'est étendu à l'Inde, avec la fourniture probable de 36 avions Rafale, par Dassault aviation. Dangereuse et irresponsable offre commerciale car il ne faut pas oublier qu'avec, à sa tête, depuis le 26 mai 2014, Narendra Modi, un homme de droite radicale teintée de nationalisme hindou, l'Inde est, plus que jamais, un état nucléaire en conflit avec son voisin pakistanais, lui-même doté de l'arme atomique. Après les ventes de Rafale à l'Égypte et l'Arabie Saoudite (États « démocratiques » s'il en est), le gouvernement français nourrit des foyers de guerre. Et voici l'un des récents « désaccords politiques majeurs ».

De même, la relance de la réalisation de l'aéroport de Notre-dame des Landes, en satisfaisant Vinci, l'entrepreneur géant, et en autorisant l'expulsion des agriculteurs, oppose, de façon définitive, les écologistes et le gouvernement. Comme à Sivens, et peu de temps après la clôture de la COP21, la majorité actuelle, soutenue par l'opposition productiviste de droite fait peu de cas de l'avis de ceux qui ne voient aucune raison urgente de réaliser un « aéroport du Grand Ouest ». Nouveau « désaccord politique majeur », et irréductible...

Bien entendu, le projet de révision constitutionnelle qui intègre l'état d'urgence et un forme de déchéance de la nationalité, inutile et impraticable, placerait la France dans l'exception permanente et, à terme, bloque le retour à la paix civile. Autre « désaccord politique majeur »...

En fait de révision constitutionnelle, la seule qui s'avérerait utile et indispensable pour en finir avec une monarchie républicaine depuis longtemps éloignée de la raideur gaulliste et ayant aggravé la centralisation des pouvoirs, serait l'abandon d'un système électoral et gouvernemental, unique en Europe, qui place les électeurs sous le joug d'un État autoritaire ayant déséquilibré les pouvoirs exécutif, parlementaire et judiciaire. Cette vraie réforme n'est, bien entendu, pas à l'ordre du jour ! N.ième « désaccord politique majeur »...

On peut sans peine, allonger la liste, y inclure la politique vis à vis des réfugiés, des Rroms, des chomeurs, de l'énergie nucléaire civile et militaire, de la privatisation progressive et constante des services publics, etc..., mais il n'est plus temps de rechercher des « motifs d'insatisfaction ». Il s'agit, à présent, d'inventer, de créer, une politique globale nouvelle sur un terrain dévasté par des dizaines d'années de renoncement à la démocratie authentique, en fait, depuis les années 1960, avec et après la guerre d'Algérie.

C'est tout autre chose qu'un retour vers le passé dont il est question. C'est, au contraire, la prise en compte d'une nouvelle approche de l'énergie, du travail, des solidarités mondiales (et, pour nous, européennes), des technologies de l'information et de la communication, bref de tous les apports scientifiques, écologiques et sociaux qui se sont accumulés mais qui, à l'échelle planétaire, n'ont pas été utilisés pour faire régresser les inégalités et, au contraire, ont approfondi le fossé, déjà béant, entre les nantis et les exploités.

Allons-nous nous faufiler dans cet espace de liberté aperçu quand s'est entrebaillée, avec la sortie de Christiane Taubira, la petite porte permettant de tourner le dos au lourd porche institutionnel du pouvoir ? La tentative, sympathique mais vaine, des intellectuels ayant proposé une nouvelle préparation de primaires pour désigner le candidat de toute la gauche aux présidentielles de 2017 s'est trouvée, curieusement, anéantie et relancée ! Hollande, Mélanchon ou Duflot ne seront pas, ensemble, concurrents. Pourtant, puisqu'il n'est décidément pas de politique de gauche sous Valls, Macron et Urvoas placés sous la gouverne de Hollande, il faut, avant ou après 2017, sortir de l'impasse et créer du neuf.

Ce ne seront pas les idées qui feront défaut mais, dans le débat qui s'ouvre à présent, il y faudra des voix supplémentaires de communicants et tout le soutien d'un peuple enfin réanimé. La gauche est morte, vive la gauche, mais une autre gauche bien plus que nouvelle, renommée, quand aura été fait l'inventaire de tous les échecs du passé. Il n'y a pas d'autre choix, à moins de se résigner à laisser les droites, de Juppé à Le Pen, engager la France dans l'une des voix de type hongrois, polonais ou même anglais, c'est-à-dire celles, conjuguées, du nationalisme, de l'autoritarisme, de la finance désinhibée et, finalement, du totalitarisme.


Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux