mardi 8 décembre 2015

Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles !


D'aucun s'étonne des résultats du premier tour des élections régionales. Cet aveuglement est surprenant. La relative victoire du Front National était écrite depuis de nombreux mois dans les gazettes et n'est vraiment une surprise que pour ceux qui sont aveugles et sourds

Victoire relative, d'ailleurs, car avec la moitié de l'électorat « abstentionniste » – un Français sur deux s'est déplacé pour aller voter – le FN recueille, seulement, 14 % des inscrits. Un peu plus d'un Français sur 10 a voté pour l'extrême droite : il n'y a pas de quoi triompher.

Un citoyen qui réfléchit, qui regarde vivre la politique depuis longtemps et qui a de la mémoire sait qu'il n'y a pas de victoire sans patience.

Mitterrand et Chirac ont attendu plus de 20 ans pour se faire élire et le FN frappe à la porte du pouvoir depuis 50 ans.

De plus, les droite et gauche qui se sont succédées à la tête de l'Etat, l'ont alternativement utilisé comme épouvantail pour gagner les élections présidentielles et les élections intermédiaires.

Comme au loto, il faut bien qu'un jour, on rafle la mise.

Surtout qu'aujourd'hui les deux prétendants à la désignation présidentielle de 2017  continuent à l'instrumentaliser ainsi que le « brave » électeur qui n'y voit rien.

L'objectif des deux compères est le même.

Même si par le principe des vases communicants, le parti de Sarkozy perd des voix au profit du FN, il se réjouit de le voir virer en tête à l'issue du premier tour. Son calcul est qu'il reste second pour disputer et rafler le trône en 2017.

L'objectif de Hollande est de faire grimper le FN encore plus haut pour que le parti de Sarkozy, par le même principe des vases communicants, soit troisième au premier tour de 2017.

Comme on le voit le « jeu » est très dangereux, car celui qui pourrait, cette fois, rafler le trône risque d'être le FN.

Pauvre France !

Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux