lundi 10 août 2015

la France et l'Europe tournent le dos à la démocratie !


En début d'année, le 18 février 2015, dans notre blog Résistances et Changements, nous posions la question1 : « l'Union européenne sombre-t-elle dans le totalitarisme ? »

Nous n'avons pas eu à attendre longtemps la réponse. La façon dont a été et reste traité le peuple grec ne laisse pas la place au doute et nous donne, malheureusement, une réponse limpide.

Oui ! L'Union européenne tourne le dos à la démocratie et sombre dans le totalitarisme et la dictature.

Le totalitarisme est un mode de gouvernement où une oligarchie autoritaire détient la totalité des pouvoirs et ne tolère aucune opposition.

La dictature est un régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par un groupe de personnes qui l'exerce sans contrôle.

La pensée unique domine quand Jean-Claude Juncker affirme : « Il n'y a pas de choix démocratiques contre les traités européens ! » ou quand Wolfgang Schauble rétorque à Yanis Varoufakis qui entendait renégocier les accords financiers après l'élection du parti Syriza : « Je ne discute pas du programme … il a été accepté par le gouvernement précédent2 et nous ne pouvons pas permettre à une élection de changer quoi que ce soit. Parce que nous avons des élections tout le temps, nous sommes 19 pays3, si à chaque fois qu'il y a une élection on devait changer quelque chose, les contrats conclus entre nous ne vaudraient plus rien. »

Cela nous renvoie quelques années en arrière, en 2005. Une majorité de Français avaient repoussé le projet de traité européen qui, pourtant, leur fut, ensuite, imposé, contre leur volonté par un vote au parlement. Ce fut le détournement de la volonté populaire voulu et combiné par un gouvernement de droite, mais avec l'aide de voix dites de « gauche » qu'on peut retrouver au sein du gouvernement actuel.

Ces quelques citations tenues par des membres de l'oligarchie européenne confirment que celle-ci « s'assoit » sans scrupule et avec arrogance sur la souveraineté des peuples composant l'Union européenne.

« Vous pouvez toujours voter … pour … contre ... on s'en fout ! »

Nous n'avons pas le souvenir d'avoir accepté la confiscation de nos pouvoirs de citoyens. C'est pourtant un fait et le gouvernement qui gère4 la France aujourd'hui approuve cette situation sans sourciller, pire, il l'entérine et l'aggrave.

Ainsi sa récente loi sur le renseignement n'a rien à envier au Patriot Act bushien ni aux dérives totalitaires européennes. La preuve en est que c'est le premier ministre qui est seul décideur de la possibilité de violer le secret des données personnelles des Français5, et ce ne n'est pas le « machin » nommé CNCTR6 qui y changera quelque chose.

Cela démontre, si cela était encore nécessaire, que la démocratie française, celle issue des Lumières et des droits de l'Homme, est moribonde.

Comment se nomme un système politique où un seul homme est décideur ? C'est, indubitablement, comme nous l'affirmions plus haut, une dictature.

Une dictature certes molle ou parfois bienveillante, comme l'on prédit Hannah Arendt7 et Hans Jonas8, mais qui nous englue assurément. C'est celle qui, doucement, fini par cuire la grenouille dans la casserole chauffée lentement9. Nous ne sommes plus très loin du moment où nous serons cuits, car il sera trop tard pour sortir de la casserole.

Il n'est pas possible de donner raison à Etienne de La Boètie et à son discours de la servitude volontaire10 en restant sans réaction à ces coups successifs portés à la démocratie. Nous ne pouvons pas laisser la « pseudo démocratie représentative » nous déborder et abandonner aux élus le droit de penser à notre place.

Il existe des cas où une loi peut-être légale parce que votée par le parlement, pourtant, elle peut-être, aussi, illégitime parce que contraire aux intérêts des citoyens.

Dans cette circonstance, la désobéissance civile, popularisée par Henry David Thoreau11, devient un moyen de contestation et de résistance.

Vient un jour où qui ne désobéit trahit.

Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux

2  Gouvernement Samaras
3  19 dans la zone euro mais 28 dans l'Union européenne !
4  Aujourd'hui, on ne gouverne plus ... on gère comme une entreprise.
5  Magistrat, avocats, journalistes et hommes politiques y compris.
6  Cette Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement est le cache-sexe de la surveillance de masse.
7  Les origines du totalitarisme - Hannah Arendt – 3 volumes – Editions du Seuil - Collection Points Essais
8  Le principe responsabilité - Hans Jonas – Editions Flammarion – Collection champs Essai
9  La grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite – Olivier Clerc – Editions Marabout
10  Discours de la servitude volontaire – Etienne de la Boétie – Editions des Mille et une nuits
11  La désobéissance civile – Henri David Thoreau – Editions des Mille et une nuits

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux