vendredi 7 août 2015

Ligue des Droits de l'Homme, Mettons fin à une polémique nuisible !


Pour que se rejoignent à Montpellier
les défenseurs des droits de l'Homme et des droits des Palestiniens

Depuis environ un an, un conflit désastreux oppose la LDH et BDS à Montpellier. Il nuit à ces deux organisations et nous le déplorons. L'erreur commise par deux représentants de la cause palestinienne qui n'ont pas vérifié la source d'une image empruntée sur le web, laquelle cachait un message antisémite, exigeait un retrait de ce document. C'est fait.

D'aucuns ont estimé que cela ne suffisait pas. S'en est suivi un échange de courriels qui ont (comme c'est souvent le cas par voie de messagerie) tendu les relations et bloqué les attitudes. On en est arrivé au dépôt de plainte et la judiciarisation de cet affrontement devrait aboutir à un procès public, le 12 novembre prochain.

Les documents auxquels on peut avoir accès révèlent que des responsables du MAN, de la CIMADE, les Amis de l'Arche de Montpellier plaident l'indulgence pour Saadia et Hussein, porte parole bien connus de BDS34 et qui reconnaissent leur manque de vigilance.

Un communiqué de BDS du 19 mars, renouvelé le 20 juin 2015, affirme même que :
" Nous n’avions pas vu le texte caché derrière une image que nous avons partagée sur Facebook ... Nous sommes totalement en désaccord avec les propos ignobles tenus dans ce texte ... Dès que nous avons été informés de notre méprise, nous avons immédiatement supprimé le texte, la photo et l’expéditeur du post en question ... Nous combattons avec toute notre énergie l’antisémitisme mais aussi l’amalgame qui assimile antisionisme et antisémitisme. "

Cela n'a pas apaisé les critiques relayées par la LICRA et, à présent le MRAP qui a rejoint la LDH dans son dépôt de plainte.

Comme il fallait le craindre, les enjeux de cette plainte vont au delà de la LDH, de Saadia et Hussein et semblent faire partie de l’offensive généralisée menée contre la campagne internationale de BDS.

L'implication de la direction nationale de la LDH alourdit encore le climat et donne un tour très politique à cet affrontement que, décidément, certains veulent mener jusque devant les tribunaux. Des adversaires acharnés de BDS attisent le feu et cherchent à tirer partie de la situation et font tout pour que Hussein et Saadia passent pour "des complotistes, antisémites et négationnistes" (sic).

En dépit des dénégations de militants juifs de l’UJFP solidaires des accusés, la LDH entend traduire en correctionnelle les deux responsables de BDS pour " Contestation de crimes contre l’humanité, provocation publique à la commission de crimes ou délits, à la discrimination ou à la haine raciale – apologie du crime sur FaceBook ". Rien que cela ! Si ce n'était pas tragique, ce serait ridicule...

Il est temps encore de tomber d'accord pour qu'ensemble la LDH et BDS rappellent fermement que le soutien aux Palestiniens exclut tout antisémitisme et pour que cette plainte aux motifs excessifs et, à nos yeux, inacceptables soit retirée.
Ce n‘est pas au moment où, de façon indigne, dans la même région, le maire de Béziers se réjouit de la  fessée qu’aurait, selon lui, reçue la LDH à cause de son échec de sa saisine de la justice lors de l’installation d’une crèche dans la mairie, qu’il faut se priver du soutien d’amis des Droits de l’homme !

Nombre de membres de la LDH, même éloignés de Montpellier, mais conscients du mauvais effet produit sur les citoyens de la région se refusent à être associés à cette polémique trop facile à être exploitée, notamment par ceux qui ne veulent pas plus la paix en Israël qu'en Palestine.

Mettons fin à cette polémique !

Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux