vendredi 1 mai 2015

Les Rafales de la honte


Tous contents : les employés de chez Dassault, le Président de la république et le Ministre des armées, les partis politiques soutiens du Gouvernement et même ceux qui lui sont opposés (ils auraient fait mieux, toutefois, disent-ils...). Bref, bonne nouvelle pour la France, parmi les toutes premières nations vendeuses d'armes au monde : nos machines volantes, porteuses de mort, les Rafales, se vendent bien, enfin !

À qui vend-on ces bombardiers sophistiqués ? À des pays qui sont, bien sûr, dans des zones de conflits : l'Inde face au Pakistan, l'Égypte face à la Lybie, Le Qatar et ses alliés face à l'Iran. Ne jamais oublier que l'Inde et le Pakistan, deux États dotés d'armes nucléaires s’opposent en permanence. On doit retenir que l'Égypte, située entre Israël, et la Lybie, face à l'Arabie saoudite, et avec le Soudan au sud, est revenue à la dictature. Quant au Qatar, c'est un État esclavagiste richissime, qui achète tout ce qu'il peut, et pas seulement le PSG. Pays sunnite et antichiite, qui fait partie, avec le Koweit et l'Arabie saoudite, de la coalition arabe, dirigée par Ryad, il est engagé dans la lutte contre les Houtis au Yémen. Et c'est là, dans ces pays sous tension, que vont atterrir les Rafales fabriqués chez Dassault !

On se permet de rappeler à l'Indonésie que la France et toute l'Europe sont hostiles à la peine de mort qui frappe des individus et, dans le même temps, on vend des appareils qui tueront des civils autant que des soldats, par milliers parfois, ou beaucoup plus !

Notre coopération militaire avec des pays qui bafouent la démocratie ou qui ne veulent pas en entendre parler (et notamment au Moyen-Orient) est une faute politique autant que morale. Pour faire la guerre, il faut des armes ; qui fournit les armes veut la guerre. La France, notre France veut et fait la guerre.

Résultat de recherche d'images pour "rafale"

Notre pays engagé dans des conflits africains où la plupart des États membres de l'Union européenne ne veulent pas entrer, se veut une grande puissance, ce qu'elle n'est plus. On a beau diminuer les crédits publics, sauf pour l'armée, les matériels s'usent et les soldats s'épuisent dans une dispersion militairement inefficace.

À cela s'ajoutent des soupçons de « bavures » qui salissent, en République  Centrafricaine, non seulement des soldats français accusés de viol, (et, apprend-on, d'autres encore...) mais la France elle-même, ainsi que l'ONU, au nom de qui l'action de « protection et de sécurité » était censée être menée !

Des questions philosophiques autant que politiques, majeures, dès lors, se posent. Où est la source de la violence en Afrique ? À qui revient-il de s'y opposer ? Sans aucun doute aux Africains eux-mêmes. Faire des affaires et obtenir des succès industriels et commerciaux se justifie-t-il, en toutes circonstances, notamment quand il s'agit de fabriquer et vendre des armes comme jamais on n'en a fabriqué dans le passé ? La France reste-t-elle ce qu'elle prétend être, le pays des droits de l'homme, quand elle se livre à de pareilles opérations où la logique libérale l'emporte sur toute autre considération ?

Il faut aussi rappeler qu'une activité industrielle n'est pas bonne en elle-même parce qu'elle fournit des emplois. Les syndicats qui se réjouissent de la dernière vente d'avions au Qatar font une analyse à courte vue ? Car - il faut oser ce raccourci - on ne défend pas les intérêts des salariés quand on produit de quoi donner la mort. Les entreprises qui fournissent ce qui nuit au genre humain ne sont pas justifiées parce qu'elles procurent de l'emploi et des salaires. Et ce ne vaut pas que pour l'industrie d'armement. Le profit ne suffit pas à tout rendre acceptable !

« L’armement made in France ? Il se porte bien, merci pour lui. Selon les chiffres - encore provisoires - publiés lundi 9 février par la Direction générale de l’armement (DGA), les ventes françaises de matériel militaire ont atteint 8,06 milliards d’euros en 2014, soit une progression de 17,3% par rapport à 2013 », lit-on dans le périodique Challenges1.

Nombre de nos concitoyens constatent, impuissants, que leur pays fournit de quoi s'entretuer sans que cela trouble exagérément les consciences ! Eh bien, non seulement cela trouble la nôtre, mais cela nous scandalise. Heureux les pays qui n'ont pas les moyens industriels de contribuer à propager la guerre. L'avenir de l'humanité ne passe pas par le déploiement de ces moyens d'action-là, faussement associés à la sécurité dans le monde. Ce n'est qu'après une guerre, hélas, que retentissent alors les voix des pacifiques. Qu'attend-on ? Que tombe sur nous, une catastrophe internationale, nucléaire ou pas, qui nous fera pleurer nos morts et manifester notre solidarité ? Mieux vaudrait, à l'avance, ne pas entrer dans ces engrenages fatals.

« Le duo Hollande-Le Drian est le meilleur qu’ait connu la France pour les ventes d’armes depuis des lustres", assurait, fin 2014, un patron du secteur, pourtant peu suspect de sympathie socialiste »2. Il faut dire qu'un socialiste militariste est socialiste autant qu'un Pape croyant est athée ... Parmi toutes les causes de ruptures avec le gouvernement actuel de la France, celle-ci, (le succès d'une entreprise privée, productrice d'avions de guerre, ayant le Chef de l'État lui-même pour agent commercial) suffit à nous détourner d'une politique qui engendre la haine des peuples. Deviendront pour longtemps nos ennemis ceux qui subiront les suites de cette livraison d'un matériel fait pour larguer bombes et ogives sur tous les êtres vivants, civils ou non. Les peuples victimes sauront qui a fourni ces engins effroyablement efficaces et nous aurons alimenté les désirs fous de vengeance, prenant ainsi notre part dans le développement du terrorisme.

1 http://www.challenges.fr/entreprise/20150209.CHA2919/l-insolente-sante-de-l-armement-made-in-france-a-l-exportation.html
2 op. cit.

Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux