mercredi 30 octobre 2013

Lettre ouverte aux parlementaires socialistes.


Chers élus,

La conjoncture est complexe et la situation grave ; les Français pessimistes sont de plus en plus mécontents, les crises perdurent, se superposent, s'amplifient et on perçoit, dans le pays, un grondement sourd de colère qui pourrait bientôt exploser.
Pendant ce temps, le gouvernement ne donne pas l'impression de prendre la mesure des difficultés. Il atteint un niveau d'impopularité inégalé, il louvoie, il s'enlise dans la démagogie et il ne semble plus capable de redonner à notre pays l'élan nécessaire pour sortir de la crise sociale qui gronde et faire la politique pour laquelle il est élu : socialiste, solidaire et fraternelle.
Au contraire, toutes les décisions qui semblent dictées par les modèles « libéraux », sont entachées d'amateurisme, voire d'incompétence, au minumum d'impréparation : affaire Leonarda, improvisation sur la taxation de l'épargne, Ecotaxe, etc.

Je suis très inquiet pour notre pays et je tiens à vous faire partager quelques pages de mon cahier de doléances.

Le 6 mai 2012, François Hollande est élu Président de la République avec 51,64 % des suffrages exprimés, cependant, seulement 44,49 % des Français en âge de voter l'ont désigné comme premier magistrat, sous la barre des 50% comme Jacques Chirac avant lui en 1995. Il est élu sur un programme de 60 propositions et sur un slogan « le changement, c'est maintenant », mais aussi grâce à un discours « fort » prononcé au Bourget où devant 25000 personnes, il déclare « Mon véritable adversaire, il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c'est le monde de la finance. »

Enfin un discours en rupture avec le libéralisme sauvage ambiant. Même s'il n'est pas mon favori, celui qui prononce ces propos ne peut qu'être digne de confiance, élisons le !

L'avenir m'a fait rapidement déchanter : Que reste – t'il, aujourd'hui, de ce rêve, de ces ambitions, de ces incantations ? rien, sinon presque rien ! François Hollande a capitulé devant les groupes de pression et oublié les promesses faites à ses électeurs et aux Français. A moins qu'il nous ait trompés.
Vous souriez en pensant que je suis crédule et bien naïf car Il est vrai que, comme souvent devant les discours des hommes politiques, les promesses n'engagent pas ceux qui les font, mais ceux à qui on les fait.

Pour essayer de vous convaincre, voici une liste non exhaustive des promesses non tenues :
  • Abandon de l'encadrement des contrôles d'identité pour ne pas déplaire aux policiers. (promesse N° 30)
  • Abandon du projet de réforme fiscale.
  • Timidité des mesures économiques et financières pour ne pas heurter les cercles patronaux.
  • Réforme des retraites qui laisse subsister les régimes spéciaux et laisse sur le carreau plus de 100 000 demandeurs d'emplois âgés en fin de droit. (promesse N°18)
  • Absence de volonté politique en matière de protection de la santé et de l'environnement. (usure de 2 ministres de l'environnement)
  • Réforme étriquée des collectivités locales qui fait éclater le conflit d'intérêt inhérent au cumul des mandats.
  • Abandon de la renégociation du traité européen du 9 décembre 2011. (promesse N°11)
  • Abandon d'une nouvelle tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz. (promesse N° 42)
  • Où est la promesse N° 48 - « J’augmenterai les pouvoirs d’initiative et de contrôle du Parlement »alors que, comme sous le quinquennat de Sarkozy, c'est l'exécutif qui dicte sa loi, laissant peu de possibilités aux parlementaires.
  • Abandon du droit de vote aux élections locales des étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans. (promesse N° 50)
  • Abandon de l'annulation de la loi de rétention de sureté.
  • Taxation toujours plus forte des classes intermédiaires, et au delà, que fait - on pour les chômeurs, les personnes en situation précaire, les quartiers laissés à l’abandon, les élèves et les étudiants, etc ?
Et malheureusement, la liste, déjà longue, n'est pas close.

Enfin, pour en terminer, revenons ensemble sur l'affaire de la jeune Leonarda.
La législation en vigueur dans cette affaire est celle mise en place par les ministres Sarkozy, Hortefeux et Guéant. Elle a durci les conditions d’admission sur le territoire et d’octroi du statut de réfugié. François Hollande avait pris l’engagement de la modifier après son accès à l’Elysée (proposition n° 50). Pourtant cette législation qui avait été contesté par le PS au moment du débat parlementaire, est toujours en vigueur.
Cette attitude soulève d'autres questions :
Pourquoi notre pays, qui se flatte d'être celui des droits de l'homme, est des cinq pays de l’UE qui ont reçu le plus de demandes d’asile en 2012, celui qui en a accepté la plus faible proportion (14 %, contre 35 % au Royaume-Uni, 29 % en Italie, 27 % en Suède et 20 % en Allemagne) ?
Pourquoi reconduit-on plus de personnes aux frontières maintenant que lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy : 36 822 personnes en 2012 (soit 100 par jour) contre 32 912 en 2011 (90 par jour) ?

Enfin, comble du comble, la proposition du Président de la République d'admettre sur le territoire une jeune fille mineure de 15 ans sans ses parents en contradiction avec la Convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par la France, en particulier les articles 9.1 et 10.1, et surtout, au delà du droit, comment, François Hollande, père de famille, peut-il faire une telle proposition à une enfant  en passant par dessus l'autorité de ses parents ? Cette proposition, qui a un relent de basse politique, vous savez, celle qu'on fait sachant qu'elle sera refusée, frise l'irresponsabilité et est très choquante.

Chers élus, j'ai beaucoup de respect pour le travail que vous avez fait et que vous continuez, j'en suis sûr, à faire mais je m'inquiéte pour vous car je pense que vous devez souvent manger votre chapeau.

S'il vous plait, rassurez - moi ! cette non-politique de gauche, pour ne pas l'appeler de droite, ne va pas durer ; vous allez bientôt nous réveiller, mes amis et moi, nous sortir du cauchemar, car nous vivons un vrai cauchemar de voir nos convictions bafouées de cette manière.

Nous en sommes à imaginer l'inimaginable ... ne pas voter aux prochaines élections.

Bien à vous

Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux