dimanche 8 avril 2012

Avec Günter Grass

Nous diffusons ce texte qui fait tant parler de lui et qui est repris, ce jour de Pâques, par des manifestants en Allemagne. Il y a danger, en effet. Nous restons les yeux fermés jusqu'à ce qu'une conflagration ne nous les rouvre ! Chaque jour, des événements nous tirent de nos torpeurs. La violence est permanente et la mort couve avant de s'abattre, ici ou là. Et nous sommes face à une menace immense.

Israël se pense en danger. 
Israël se met en danger. 
Israël nous met en danger. 

La peur de l'Iran  peut conduire au pire. Une puissance atomique confrontée à l'angoisse de voir son pire ennemi se doter de l'arme nucléaire peut engendrer, en croyant se défendre, un cataclysme à nul autre pareil. Il fallait que cela fut dit. Il faut que nous en tirions les enseignements, d'urgence.

Déjà l'injure s'abat sur Günter Grass. Vaines critiques venant de ceux qui ont perdu l'espoir de sortir jamais d'un monde qui les a abandonnés, au cours du siècle passé, et laissé écraser dans l'un des pires drames historiques. 

Antisémite est celui qui penserait que la politique israélienne ne saurait jamais être contredite y compris quand elle met Israël et tout son environnement en péril.

Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux


Günter Grass, prix Nobel de littérature.

Ce qui doit être dit

Pourquoi me taire, pourquoi taire trop longtemps
Ce qui est manifeste, ce à quoi l'on s'est exercé
dans des jeux de stratégie au terme desquels
nous autres survivants sommes tout au plus
des notes de bas de pages.

C'est le droit affirmé à la première frappe
susceptible d'effacer un peuple iranien
soumis au joug d'une grande gueule
qui le guide vers la liesse organisée,
sous prétexte qu'on le soupçonne, dans sa zone de pouvoir
de construire une bombe atomique.

Mais pourquoi est-ce que je m'interdis
De désigner par son nom cet autre pays
Dans lequel depuis des années, même si c'est en secret,
On dispose d'un potentiel nucléaire en expansion
Mais sans contrôle, parce qu'inaccessible
À toute vérification ?

Le silence général sur cet état de fait
silence auquel s'est soumis mon propre silence,
pèse sur moi comme un mensonge
une contrainte qui s'exerce sous peine de sanction
en cas de transgression ;
le verdict d'"antisémitisme" est courant.

Mais à présent, parce que de mon pays,
régulièrement rattrapé par des crimes
qui lui sont propres, sans pareils,
et pour lesquels on lui demande des comptes,
de ce pays-là, une fois de plus, selon la pure règle des affaires,
quoiqu'en le présentant habilement comme une réparation,
de ce pays, disais-je, Israël
attend la livraison d'un autre sous-marin
dont la spécialité est de pouvoir orienter des têtes explosives
capables de tout réduire à néant
en direction d'un lieu où l'on n'a pu prouver l'existence
ne fût-ce que d'une seule bombe atomique,
mais où la seule crainte veut avoir force de preuve,
je dis ce qui doit être dit.

Mais pourquoi me suis-je tu jusqu'ici ?
parce que je pensais que mon origine,
entachée d'une tare à tout jamais ineffaçable,
m'interdit de suspecter de ce fait, comme d'une vérité avérée,
le pays d'Israël auquel je suis lié
et veuxrester lié.

Pourquoi ai-je attendu ce jour pour le dire
vieilli, et de ma dernière encre :
La puissance atomique d'Israël menace
une paix du monde déjà fragile ?
parce qu'il faut dire
ce qui, dit demain, pourrait déjà l'être trop tard :
et aussi parce que nous - Allemands,
qui en avons bien assez comme cela sur la conscience -
pourrions fournir l'arme d'un crime prévisible,
raison pour laquelle aucun
des subterfuges habituels n'effacerait notre complicité.

Et admettons-le : je ne me tais plus,
parce que je suis las de l'hypocrisie de l'Occident ; il faut en outre espérer
que beaucoup puissent se libérer du silence,
et inviter aussi celui qui fait peser cette menace flagrante
à renoncer à la violence
qu'ils réclament pareillement
un contrôle permanent et sans entraves
du potentiel nucléaire israélien
et des installations nucléaires iraniennes
exercé par une instance internationale
et accepté par les gouvernements des deux pays.

C'est la seule manière dont nous puissions les aider
tous, Israéliens, Palestiniens,
plus encore, tous ceux qui, dans cette
région occupée par le délire
vivent côte à côte en ennemis
Et puis aussi, au bout du compte, nous aider nous-mêmes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux