vendredi 27 avril 2018

Tueurs d'abeilles : enfin, la raison semble toucher l'Union Européenne !


En effet, aujourd'hui, le Comité permanent sur les plantes, les animaux, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux a voté à la majorité qualifiée (55 % des Etats membres représentant 65 % de la population totale de l’UE) l'interdiction de trois produits de la famille des néonicotinoïdes, insecticides dangereux pour les abeilles sur toutes les cultures de plein air.

La France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont voté en faveur de l’interdiction. Quatre pays ont voté contre : Danemark, Hongrie, République tchèque et Roumanie et neuf pays se sont abstenus, dont la Belgique et la Pologne.

Ces produits - clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxame - sont considérés comme les principaux responsables de l’effondrement des populations d’insectes pollinisateurs.

Une étude récente affirme que les populations d’insectes ont chuté de près de 80 % en moins de trente ans en Europe à cause des  nouvelles méthodes de protection des cultures dont les néonicotinoïdes.

L'utilisation de ces produits dangereux a aussi pour conséquence la disparition d’un tiers des populations d’oiseaux en quinze ans en France. Une disparition qualifiée par les chercheurs du CNRS et du Muséum national d’histoire naturelle de « proche de la catastrophe écologique ».

Comme pour le secteur industrio-financier le profit est plus important que les insectes, les oiseaux et au delà pour l'existence humaine, ce vote, a été combattu par un lobbying intensif du secteur des pesticides et des industriels de la betterave à sucre, et il reste, aussi, à attendre le jugement de la Cour européenne de justice saisie par les deux fabricants de néonicotinoïdes - Bayer et Syngenta - qui devrait intervenir avant la fin de l’année.


Jean-Claude VITRAN 

A voir :  http://resistancesetchangements.blogspot.fr/2017/11/cop-23-il-ny-plus-doiseaux-dans-mon.html



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux