mercredi 11 novembre 2015

Mediapart et Arrêt sur image


Il nous semble que Mediapart et Arrêt sur image sont victimes d'une décision politique, d'une cabale destinée à faire taire la presse indépendante en ligne et la contestation des thèses des tenants de la pensée unique et du libéralisme ambiant.

Il est intéressant de lire à ce sujet l'article de Roland Veillepeau – ancien Directeur National des Enquêtes Fiscales - : « Contrôle fiscal de Mediapart : réflexions sur un dossier qui fleure bon, quoi qu'on dise, le règlement de comptes. » (lien en bas de page)

Les sommes réclamées donnent un peu le vertige : 4,1 millions d'euros pour Mediapart et 540.000 euros pour Arrêt sur Images.

Il est fait reproche aux deux sites de s'être alignés sur la TVA de la presse traditionnelle, 2,1%, depuis leur lancement jusqu'en 2014, date à laquelle la TVA appliquée aux sites web (qui a oscillé entre 19,6% et 20% selon les années) a effectivement été ramenée dans les mêmes proportions que celle de la presse papier.

L'Etat considère, simplement, que de 2008 à 2014, les deux sites ont fraudés et qu'ils doivent régularisés les arriérés de paiement.

Seulement, ces deux sites sont indépendants, c'est pour cette raison qu'ils se tournent vers leurs seuls et principaux soutiens : leurs lecteurs.
En guise de riposte, Mediapart soulève des fonds auprès du public pour faire face à cette amende gigantesque à l’adresse suivante : https://www.jaimelinfo.fr/mediapart/support/.

Alors que la presse traditionnelle est aux mains des grands groupes de presse détenus par des grands patrons, nous appelons à soutenir la presse indépendante qui reste le seul contre-pouvoir dans une société où la manipulation est instituée en système de gouvernement.


Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux


http://blogs.mediapart.fr/blog/roland-veillepeau/091115/controle-fiscal-de-mediapart-reflexions-sur-un-dossier-qui-fleure-bon-quoi-quon-dise-le-regle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux