dimanche 6 septembre 2015

Les Migrants sont les victimes des politiques occidentales.


Il a suffi d'une photo qui a fait le tour du monde des médias pour que la crise migratoire qui touche l'Europe depuis plusieurs années prenne, d'un seul coup, une nouvelle tournure.

Pourtant, ce drame sera vite oublié et rangé dans les archives, mais aujourd'hui, de larmes de crocodiles en larmes de crocodiles, les dirigeants européens, poussés par les réactions compassionnelles des citoyens, se réunissent, se concertent – difficilement – et cherchent des solutions.

Il est bien normal qui se mettent à chercher, puisqu'ils sont, depuis longtemps, les seuls responsables de cette crise.

Ce n'est pas la misère qui frappe à la porte du continent européen, mais ce sont des réfugiés, victimes de guerres que les gouvernements européens ont initiées ou d'exactions de régimes totalitaires que les mêmes gouvernants ont soutenues et soutiennent encore contre vents et marées.

Qui a déstabilisé l'Irak et fait le lit de Daesh ?
Qui a déstabilisé la Syrie et organise le départ de Barchar El-Assad ?
Qui a déstabilisé la Libye et éliminé Kadafi ?

Depuis de nombreuses années les néoconservateurs américains aidés par de nombreux dirigeants européens ont voulu exporter par les armes la « démocratique occidentale »1.

Sans aucun succès, car, la réalité est toute autre.

Ils ont abattus des régimes tyranniques pour les remplacer par d'autres régimes plus tyranniques encore et bien plus dangereux.

Il est, bien sûr, impératif de se préoccuper du sort de ces êtres humains qui ont tout perdu et que nous devons accueillir dignement en évitant les compassions de circonstance. Mais il serait aussi prioritaire de se consacrer à la recherche de solutions leur permettant de rester et de vivre sur leur terre en rétablissant dans leurs pays la liberté et la paix dont la bêtise du monde occidental les prive.

De cela personne ne parle !

Et pour cause, il faudrait revenir sur les politiques économiques néocolonialistes dont sont responsables l'ensemble des nations occidentales et plus encore, les dirigeants2 cachés, les multinationales cupides et avides de profits rapides qui dépouillent ces populations de leurs richesses.


Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux


1  Modèle démocratique au service de l'oligarchie au pouvoir.
2  Régime totalitaire inversé : dans un régime totalitaire, le pouvoir politique dirige l'économie tandis que dans un régime totalitaire inversé, le pouvoir économique dirige la politique selon le philosophe politique Sheldon Wolin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux