lundi 29 octobre 2012

La Qatarsis politique.

 

Catharsis : « Selon Aristote, Effet de purgation des passions produit sur les spectateurs d'une représentation dramatique.

Le Qatar est-il en train de nous purger de notre passion pour l'argent face à la représentation du monde ô combien dramatique ? Son entrée dans l'arène internationale a de quoi faire peur. Qu'on en juge !

Pendant le sommet de la francophonie qui s'est tenu en octobre, à Kinshasa, le QATAR a obtenu le statut de membre associé de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) sans être passé par le statut d'observateur, comme c'est habituellement la règle. Cette entrée du QATAR a fait grincer des dents à certains participants de l'organisation qui ont mis en doute sa légitimité à entrer dans l'OIF alors qu'il n'est pas francophone. Y a-t-il lieu de s'étonner de cette entrée si rapide de cette petite monarchie dans le cercle francophone ?

N'est ce pas le pays qui investit massivement en France, et dont les dirigeants furent parmi les premiers a être reçus par François Hollande ? N'est ce pas le pays qui a déclenché, en décembre 2011, une polémique, à droite comme à gauche, en annonçant qu'il allait, avec la bénédiction du gouvernement de l'époque, investir 50 millions d'euros en direction des quartiers français en difficulté ?


C'est la première fois qu'un État étranger, hors Union Européenne, finance la politique publique de la France. Depuis son accession aux affaires, la gauche de pouvoir est frappée d'amnésie, puisqu'en ce moment le ministère du redressement productif négocie avec les dirigeants qataris les suites de ce projet qui n'aura plus d'affectation exclusive en banlieue mais sera destiné aux « territoires déshérités » incluant les zones rurales.

Le QATAR est une petite monarchie du Golfe Persique de seulement 11 500 km2, peuplée de 1,8 million d'habitants, dont 200 000 citoyens qataris. C'était en 2011, dans le monde, le second pays en terme de PIB et le troisième producteur mondial de gaz naturel liquéfié.

Jusqu'en 2006, le QATAR était jugé infréquentable. À preuve cette réflexion de Bertrand Delanoë lorsqu'il lorgnait déjà sur le PSG : le maire de Paris avait dénoncé « ces fonds exotiques » en émettant des doutes sur « l'origine des capitaux ». Mais la crise financière de 2007-2008 a changé la donne car, en quelques mois, les liquidités sont venues à manquer, et c'est vers les pays du Golfe que les banquiers se sont tournés.

C'est à partir de ce moment que le QATAR commence à investir et à prendre des participations. La liste de ses investissements donne le vertige :

• Dans le BTP et les grandes entreprises :
Porsche, la banque Barclays, la banque de Santander, les studios Miramax (propriété de Disney), Suez... Il est le second actionnaire de Vinci. Il a des participations importantes dans Véolia environnement, Lagardère, Vivendi, Total (dont il est le troisième actionnaire!), de nombreux immeubles parisiens dont le siège du Figaro, boulevard Haussmann, et Virgin, avenue des Champs Elysées.
• Dans le secteur du luxe :
Les hôtels Royal Monceau, Concorde La Fayette, le Carlton, le Martinez et le Majestic de Cannes. Il est au capital de LVMH, de la maroquinerie Le Tanneur et de la Société des bains de mer de Monte-Carlo.
• Dans le sport :
L'acquisition la plus médiatique est le club de football Paris Saint-Germain, mais aussi le club de handball de la ville de Paris, puis le Grand prix de l'Arc de triomphe et il se dit qu'il serait en train de prendre le contrôle du stade de France de Saint-Denis.
Il a réussi a raflé l'organisation de la coupe du monde de football 2022.

Dans les médias :
Bien sûr, il ne faut pas oublier son implication totale dans la chaine d'information Al-Jazira qui émet en Arabe, mais aussi en Anglais et bientôt en Français et dont l'influence politique est considérable.

Alors que les Droits de l'Homme sont inexistants dans le royaume, toutes les nations occidentales entretiennent des relations avec l'émirat, particulièrement la France.
Pourtant :
• Les partis politiques ne sont pas autorisés,
• La convention relative au droits économiques, sociaux et culturels n'a jamais été ratifiée, ainsi que la convention contre la torture et autres traitements cruels et dégradants,
• Les femmes n'ont aucun droit,
• Alors que seulement 600 000 habitants sont arabes, le reste est constitué de travailleurs émigrés qui n'ont aucun système de protection et sont réduits, pour certains, à l'esclavage,
• La jurisprudence islamique (la charia) constitue la principale source de droit et de législation.

Ah ! Hypocrisie, quand tu nous tiens ; la France est le premier fournisseur de l'armée du QATAR et seuls sont suspects de terrorisme les Musulmans sans fortune. La réalité politique ne fait pas bon ménage avec les convictions et il est vrai que l'argent n'a pas d'odeur comme disait Vespasien à son fils alors que ce dernier lui reprochait l’instauration d’une taxe sur les toilettes publiques.

Il est cependant lamentable qu'un gouvernement « dit de gauche » continue, comme son prédécesseur, à commercer avec ce pays sans même s'interroger sur le respect des Droits de l'Homme et sur l'instauration d'un système politique démocratique.

Jean-Claude VITRAN et Jean-Pierre DACHEUX

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux