mardi 15 juillet 2008

La grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite


Olivier Clerc, philosophe et éditeur, a écrit une parabole que je désire vous faire partager.

Imaginez une marmite remplie d’eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Un feu est allumé sous la marmite. L’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager.

La température commence à grimper.
L’eau est chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille ; cela la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant.

L’eau est maintenant vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle est aussi affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température de l’eau va ainsi monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais s’être extraite de la marmite.

Plongée dans une marmite à 50°, la grenouille donnerait immédiatement un coup de pattes salutaire et se retrouverait dehors. Cette expérience, riche d’enseignements, montre que lorsqu’un changement s’effectue de manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps pas de réaction, pas d’opposition, pas de révolte.

N’est ce pas notre sort actuel ?
Politique, écologique, économique ... Comme la grenouille, ne sommes-nous pas en train de nous laisser cuire ? Allons, nous ne sommes pas encore tout à fait cuit, alors réagissons, donnons le coup de pattes salutaire et transformons la société au seul profit de l’Homme.

Source - http://www.olivierclerc.com/dossiers/cat.php?idcat=58

Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux