lundi 7 avril 2014

Rwanda : 20 ans de mensonge !

Les Français ne peuvent fermer les yeux sur un génocide où ils ont été présents !

Voici vingt ans débutait l'un des plus grands drames qu'ait connus l'Afrique sous les yeux d'Européens impuissants ou complices.

Il y a génocide quand il y a volonté d'État de faire disparaître un peuple à jamais. Le XXe siècle a été le siècle des grands génocides ! Le génocide arménien en Turquie (1915-1916), les génocides des Juifs et des Roms (dès le début des années 1940) en Allemagne, le génocide khmer (entre 1974 et 1979) au Cambodge, et le génocide des Tutsi au Rwanda (en 1994) ont blessé, pour toujours, notre histoire. Non qu'il n'y ai pas eu des massacres de masse, tout au long de l'histoire et maintenant encore, mais les génocides, tels qu'ils ont été définis, au cours du siècle passé, représentent la mise en œuvre d'un décision politique perpétrée par un gouvernement légitime. Et c'est une épouvantable « première » historique, de nature à faire douter de l'espèce humaine elle-même.

Le Rwanda, par la voix de son président -lequel n'est guère estimable et se conduit en dictateur- accuse la France d'avoir laissé commettre les crimes en ne faisant pas intervenir ses forces armées, présentes, et inévitables témoins des massacres systématiques. Pire, les Français, mais aussi les Belges, sont accusés d'avoir déclenché, nourri et motivé la haine des Hutus depuis fort longtemps. La France a fourni des armes et des conseils militaires bien avant les événements. Enfin, il est affirmé que des soldats français auraient même participé à des actions assassines !

Il n'y a pas de fumée sans feu. Les très nombreux ouvrages spécialisés qui tentent de cerner les faits et leurs causes ne laissent pas les militaires français à l'extérieur de la zone où le pire est survenu. Les sentiments colonialistes qui n'ont jamais disparu de l'attitude de nombre d'Européens vivant en Afrique noire ont toujours motivé leur mépris, voire leur hostilité à l'égard des populations jugées inférieures. Le comportement paternaliste et choquant de « missionnaires » catholiques a entretenu aussi le climat délétère, haineux, odieux, développé par radio Mille Collines. Le génocide n'a pas surgi ; il a été de longue main préparé.

Ce 7 avril 2014, il n'est pas encore question de tirer tous les enseignements historiques du génocide rwandais, mais ce jour viendra et la France, du moins ses responsables politiques et militaires d'alors, n'en sortiront pas les mains propres. L'opération Turquoise, décidée par le gouvernement Balladur, sous l'autorité du président Mitterrand, approuvée et soutenue par l'ONU, n'a pas permis d'arrêter ni même de limiter le nombre des victimes qui s'est compté, en quelques jours, par centaines de milliers ! 

Il serait à notre honneur non pas de défendre, d'abord, celui de l'armée française mais d'affronter la vérité, laquelle ne peut être que complexe et sûrement pas favorable à cette présence française ambiguë, puissante et complice -l'avenir dira jusqu'à quel point- de ceux qui ont préparé, voulu et exécuté cet acte politique massif et exceptionnellement monstrueux !

Jean-Pierre Dacheux et Jean-Claude Vitran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à formuler un commentaire.
Jean-Claude Vitran et Jean-Pierre Dacheux