vendredi 29 octobre 2021

“Le poison de ces nouveaux inquisiteurs”

Tribune de Malik Salemkour, président de la LDH

Eric Zemmour focalise les débats publics en déversant chaque jour, dans des médias fascinés, son discours de haine, sexiste, raciste et xénophobe, dans la pire tradition de l’extrême droite fasciste. A coups de provocations et de révisionnisme historique, il rêve d’un Etat totalitaire et nationaliste qui impose par tout moyen sa vision d’une France uniforme mythifiée, chrétienne et patriarcale. Ces ennemies sont toutes désignées. Il est parti en croisade contre les femmes qui aspirent à l’égalité, les oppositions citoyennes et les minorités qui défendent leurs droits, la presse qui permet la libre critique. Toutes seraient sommées de se soumettre au cadre qu’il définit. Au lieu de susciter indignations unanimes et ripostes fortes en défense des principes républicains essentiels ici violemment bafoués, l’attrait apparent qu’il suscite dans l’opinion tétanise une large partie des forces politiques, qui préfère lui emboîter le pas dans des surenchères contre les mêmes boucs émissaires, particulièrement les jeunes des quartiers populaires, les personnes étrangères ou musulmanes qui seraient coupables de tous les maux de notre société. Eric Zemmour pousse jusqu’à la purulence des tendances lourdes à l’œuvre depuis des années, nées d’abandon et d’injustices, de tensions sociales ou territoriales résultant de réponses inexistantes ou stigmatisantes, dans une France plus inégalitaire et diverse.

Le gouvernement, qui devrait veiller à la paix civile et à l’Etat de droit face à ces menaces de division, choisit de donner des gages à ces logiques mortifères en mettant à mal les libertés fondamentales de toutes et tous au nom de la lutte contre le terrorisme, contre l’immigration irrégulière ou ce qu’il décrète comme « séparatisme ».

Deux derniers exemples inquiétants vont dans ce sens. Le premier lorsque le ministre de l’Intérieur engage la dissolution de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI). Toute contestation des discriminations vécues par les personnes musulmanes serait suspecte. Quelles que soient les réserves qu’on peut avoir sur le CRI, comme avec le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), les motifs avancés par l’Etat reposent sur une appréciation dogmatique de la lutte contre l’islamophobie, dont le terme même devient pour lui un signe de sécession. Ils menacent gravement la liberté d’association et la liberté d’expression, en plus du risque de renforcer les sentiments d’injustice. Le second exemple est dans la suite des attaques de la ministre de l’Enseignement supérieur contre la liberté de recherche et des chercheurs accusés d’être « islamogauchistes », pour les discréditer. Jean-Michel Blanquer a affirmé le 19 octobre que les professeurs devaient « adhérer aux valeurs de la République et les transmettre » ou « quitter » l’Education nationale, alors qu’il s’exprimait devant des formateurs qui formeront ensuite les enseignants et autres personnels dans les écoles, collèges et lycées. Comme avec la loi séparatisme, le ministre de l’Education nationale poursuit son offensive idéologique laïciste pour imposer sa vision des valeurs de la République, en menaçant les enseignants qui ne penseraient pas comme il le veut. Ce message martial de défiance traduit une inclinaison autoritaire de l’Etat et de confusion avec un rôle dangereux de propagande de ses pensées moralistes, au mépris du principe de laïcité et de liberté de conscience. Une nouvelle fois, la laïcité est instrumentalisée pour devenir un outil de division plutôt que d’unité.

Face à ces inquisiteurs et leur avenir apocalyptique, plus que jamais, il est urgent d’en appeler à une insurrection des consciences pour promouvoir dans les faits, avec toutes les forces de progrès, une République sociale, citoyenne et démocratique, de paix et de libertés.   

Malik Salemkour, président de la LDH

Paris, le 29 septembre 2021

mercredi 9 juin 2021

Une gifle à la démocratie

 

Communiqué LDH

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) condamne avec fermeté l’agression

inexcusable dont a été victime le président de la République lors d’un échange avec 

le public lors de son déplacement à Tain-l’Hermitage dans la Drôme.

Les désaccords et les oppositions ne peuvent conduire à l’insulte et à la violence 

envers quiconque, comme envers le chef de l’Etat. 

La LDH s’inquiète du climat politique et social délétère avec des débats publics où se

multiplient les provocations, menaces et attaques verbales ou physiques, 

comportements inacceptables qui constituent une grave menace pour notre 

démocratie.

Elle appelle à un sursaut collectif pour dénoncer ces pratiques et favoriser des débats 

d’idées ouverts et contradictoires dans le respect de chacune et chacun.


Paris, le 8 juin 2021

jeudi 20 mai 2021

Premiers flics de France...

 

Ci-dessous le communiqué du Syndicat de la Magistrature concernant la manifestation policière du 19 mai auquel j'adhère pleinement.

Nous sommes en pleine manipulation des groupements d’extrême droite et, pour des raisons de basse stratégie électorale, le gouvernement y souscrit.

Cette politique est particulièrement dangereuse et pourrait nous conduire à une dramatique impasse.

Jean-Claude VITRAN

_______________________________________________


Premiers flics de France...

Cet après-midi, ministres et élus de tous bords se presseront à une manifestation organisée par différents syndicats de police, qui font part depuis quinze jours de leur exaspération face à une justice qui ferait quotidiennement la démonstration de son laxisme et de son inconséquence - dénoncée encore dernièrement dans l’affaire de Viry-Châtillon, dont la qualité et la sincérité des investigations menées méritaient bien, outre des protestations outrées devant les acquittements intervenus, le soutien du Directeur général de la police nationale.

La revendication principale exprimée dans le communiqué intersyndical appelant à cette manifestation est celle de peines planchers pour les agresseurs des forces de l’ordre, ainsi qu’un « changement de logiciel » par rapport à « l’orientation prise pour l’individualisation des peines et l’érosion de celles qui sont prononcées ».

S’engouffrer dans l’instrumentalisation des drames récemment vécus par deux fonctionnaires de police est bien commode pour nos élus et ministres : ils espèrent ainsi faire oublier le renoncement des gouvernements qui se sont succédés à faire des forces de l’ordre de véritables agents de la paix publique, et à améliorer leurs conditions de travail et leur formation.

Le courage politique et surtout le sang-froid démocratique de ces responsables politiques méritent d’être salués : il eût été peu stratégique, alors qu’il est temps de battre campagne, de ne pas être aux côtés de ceux qui représentent les agents de la force publique - quitte à avaliser la démonstration de force - et du côté de la belle unanimité qui se forme pour accuser ceux qui appliquent les lois votées années après années. Cela ne coûte pas cher, le prix à payer étant seulement de reléguer toujours un peu plus loin le principe de la séparation des pouvoirs, devenu si suranné en ces temps fébriles.

La concurrence est rude, pour obtenir le label de premier flic de France mais le nouvel horizon que dessinent nos ministres et élus en participant à cette manifestation et en s’associant ainsi aux revendications policières, est celui d’une société dans laquelle la police devient une puissance autonome au lieu d’être une force publique au service des citoyens, dictant à l’exécutif la définition de la politique pénale, au parlement le contenu des lois, et revendiquant une indispensable impunité pour elle-même - puisqu’elle est la seule à pouvoir sauver la collectivité de l’anarchie.

Quel est le nom d’un tel régime ?


jeudi 29 avril 2021

Revirement inquiétant de la France pour les réfugiés italiens

 Paris, le 2avril 2021 

A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH)en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. 

Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. 

S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent dans notre pays depuis plus de 40 ans pour des faits encore plus anciens, jugés en Italie dans des conditions dictées par les contingences de l’époque, ce n’est pas faire acte de justice, c’est raviver des plaies que le temps avait commencé de refermer.

Avec la Ligue des droits de l'Homme, je dénonce cette décision du président de la République.

mardi 27 avril 2021

La loi « sécurité globale » criminalise les personnes sans logement et la pauvreté !

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ROMEUROPE 95

Mardi 27 avril 2021

La loi “sécurité globale”, validée par le parlement le 15 avril dernier,précarise et criminalise davantage les personnes sans-logis qui occupent ou se maintiennent dans des locaux vacants sans titre locatif. Loin de ne protéger que le domicile des habitant·e·s, l’article 1er bis A sanctionne désormais l’occupation de locaux vacants, professionnels, commerciaux, agricoles ou industriels.

De surcroît, il inflige trois ans de prison et 45 000 euros d’amendeà ces personnes en situation de précarité, triplant les peines à leur encontre, alors même que le Conseil constitutionnel avait censuré cette disposition de la récente loi ASAP.

Enfin cet article autorise la police municipale, pourtant dénuée de tout pouvoir d’enquête, à retenir les occupants, jusqu’à l’arrivée d’un agent de police judiciaire ou à les lui livrer. Outre les personnes sans logis, les habitant·e·s de bidonvilles, les squatteurs, les locataires non déclarés… sont aussi visées les occupations ponctuelles militantes ou syndicales.

Cette disposition, qui va précariser et criminaliser davantage les personnes sans-logis, est extrêmement préoccupante. Elle traduit le climat très agressif à l’égard des occupant·e·s sans titre dans le débat public, alimenté par la surmédiatisation d’affaires marginales. Est-il pourtant nécessaire de rappeler que certaines personnes sans logis sont contraintes de « squatter » faute de logement disponible, dans un pays où le nombre de sans-abri explose, et alors même qu’elles ont parfois engagé toutes les démarches pour se loger, voire que l’Etat est condamné à les reloger dans le cadre du droit au logement opposable ?

Alors que la crise sanitaire a démontré à quel point le logement était essentiel pour la santé et que le nombre de logements vacants augmente, le gouvernement et des parlementaires décident de sanctionner et d’expulser ceux qui par nécessité se sont mis à l’abri dans des logements inutilisés, au lieu de les reloger. Il criminalise aussi les personnes et associations qui aident les sans toit à se mettre à l’abri, pourtant la solidarité n’est pas un délit !

Au nombre insuffisant de places d’hébergement, à l’engorgement de la demande de logement social, à la hausse constante des expulsions locatives, le gouvernement et les parlementaires ne répondent que par une répression accrue, comme s’ils assignaient les sans-logis à finir leur vie sur un trottoir ou dans les recoins invisibles de la ville ?Face à l’incapacité récurrente de mettre en place une politique publique pour loger toute la population, il faut cesser de criminaliser les occupant·e·s de logements vides qui n’ont d’autre solution ! 

Laisser un bien immobilier vacant dans ce contexte de crise du logement et sanitaire est un abus de droit de propriété. Les outils existent pour inciter les propriétaires à louer leurs biens vacants à un prix raisonnable et à des associations agréées pour y loger les plus démunis (en contrepartie d’avantages fiscaux et de travaux si besoin), et à défaut pour réquisitionner ces locaux. Ils ne sont quasiment pas utilisés par les pouvoirs publics.

Nous saisirons dans les prochains jours le Conseil constitutionnelautour des graves et dures conséquences sur les plus vulnérables de l’article 1er bis A de la loi “sécurité globale”. Nous lui demandons d’invalider cet article contraire à la dignité humaine, au droit au logement, au devoir de solidarité et à la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen.

 Signataires

Acina, Aitec, Association des Comités de Défense des Locataires – ACDL, Association pour l’accueil des voyageurs – ASAV, Association des Familles Victimes du Saturnisme – AFVS, Association des Travailleurs Maghrébins de France – ATMF, Attac France, Bagagérue, CGT Caisse des dépôts – USCD CGT, Centre d’Etudes et d’Initiatives de Solidarité Internationale – CEDETIM, Collectif Logement Paris 14, Comité National CGT des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires – CNTPEP CGT, Conseil National des Associations Familiales laïques – CNAFAL, Collectif national droits de l’homme Romeurope, Collectif Pour l’Avenir des Foyers – Copaf, Coordination nationale Pas sans Nous, Droit au Logement – DAL, Emmaüs France, Fédération des Associations de Solidarité avec Tou·te·s les Immigré·e·s – FASTI, Fédération Logement Consommation – FLC – Adeic, Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage – FNASAT, Fédération Syndicale Unitaire – FSU, Fondation Abbé Pierre, Groupe d’information et de Soutien des Immigrés – GISTI, Groupe de Recherches et d’Etudes Syndicales du Logement – CRESYL, Habitants de Logements Ephémères ou Mobiles – HALEM, Intersquat Île de France, Initiatives Pour Un Autre Monde – IPAM, Ligue des droits de l’homme – LDH, Médecins du Monde, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples – MRAP, Secours Catholique, Syndicat Unifié du Bâtiment Région parisienne, Confédération Nationale du Travail – SUB RP/CNT-F, Union Syndicale Solidaires, Utopia 56, WATIZAT


dimanche 7 février 2021

Un article du journal Le Parisien daté du 31 janvier 2021 titre « Argenteuil : une facture de 900 000 euros pour enlever 8000 tonnes de déchets ».

Il est important d'apporter quelques précisions aux propos qui ont été développés.

Les populations Rroms qui vivent dans une extrême précarité pratiquent effectivement le ramassage des métaux qu'ils revendent pour subvenir à leurs besoins vitaux. Mais cette pratique n'a aucun caractère industriel comme on peut le constater dans les 8000 tonnes de déchets dont il est question à Argenteuil.

Souvent, pour ne pas dire toujours, on voit aux abords des campements se développer rapidement des décharges sauvages, plâtres, gravats, carrelages, etc … qui pour les Rroms n'ont aucune valeur marchande. Il s'agit d'un effet d'aubaine ignoble de la part de particuliers, d'artisans, voire d’industriels connus et patentés, peu scrupuleux qui pour de viles économies se débarrassent de leurs détritus auprès des campements sachant que la vindicte publique accusera les Rroms.

Il s'agit d'incivilités d'individus peu scrupuleux qui tombent sur le coup de la loi, et qui devraient être immédiatement poursuivies par les municipalités mais l'incrimination des Rroms ainsi que l'insalubrité et l'insécurité qui en résultent servent d'alibi à celles-ci pour prendre des mesures d'expulsions.

Le résultat est que les véritables coupables de ces exactions ne sont pas mis en cause, que les Rroms paient un lourd tribut et que les contribuables financent les coûts complémentaires par leurs impôts – 900 000 euros à Argenteuil.

Par ailleurs, la municipalité d'Argenteuil précise dans l'article du journal : « des entreprises peu scrupuleuses sont venues décharger à cet endroit ». C'est bien de reconnaître les faits à postériori mais cela serait beaucoup mieux d'intervenir à l'origine sur des trafics qui ne sont pas ignorés. Nous espérons, au minimum, que des enquêtes sont diligentées pour connaître la provenance des différents déchets et faire payer les coupables.

Le Collectif de soutien aux Rroms du Val d'Oise – Romeurope 95


dimanche 24 janvier 2021

Entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, La France prend le risque de l’apocalypse nucléaire

 

Communiqué commun signé par la LDH et Ican, dont la LDH est membre

L’entrée en vigueur, ce 22 janvier 2021, du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (Tian) ouvre une nouvelle ère : ces armes de destruction massive sont illégales au regard du droit international. La France — à l’égaldesautres puissances nucléaires — tourne le dos à la paix, à la démocratie et au droit international. En refusant ce traité, ses responsables politiques favorisent une accoutumance des citoyens aux périls possibles d’une apocalypse nucléaire. Un non-sens pour un Etat qui se veut « responsable », et souhaite renforcer la sécurité internationale, garantir la préservation de la biodiversité et de l’environnement jusque dans sa Constitution. 

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (Tian) est le premier traité juridiquement contraignant qui interdit notamment la possession, la fabrication, l’usage, la menace d’utilisation, le commerce, le financement des armes nucléaires. Ce traité complète les engagements du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et assure la mise en œuvre de son article 6. 

Le Tian est la démonstration que l’ONU peut bien fonctionner. Une majorité écrasante des États membres, à travers des conférences (de 2010 à 2017) et cycles de négociations est ainsi parvenue à adopter le 7 juillet 2017 cet accord. Ouvert à la signature le 20 septembre 2017, le Tian a atteint le 24 octobre 2020 les 50 ratifications requises pour son entrée en vigueur 90 jours plus tard (selon son article 15) : soit le 22 janvier 2021. De nouvelles ratifications et adhésions au Tian sont attendues dans les semaines qui viennent.

Le Tian comporte des obligations positives (déclarations, garanties, élimination, vérification, retrait, mesures d’application nationale, assistance aux victimes et remise en état de l’environnement, coopération et assistance internationales, universalité) pour permettre la mise en œuvre de l’interdiction des armes nucléaires et leur élimination progressive.

La France a un bilan très négatif sur ces dix dernières années concernant le Tian : 

  • Politique de la chaise vide lors des négociations à l’ONU, critiques virulentes du ministre Le Drian (« la politique de l’incantation confine à l’irresponsabilité » 18/09/2017), de diplomate (M. Miraillet par tweet « Fake money » en parlant du TIAN 05/01/2018) ou encore des déclarations inquiétantes (« Une prohibition internationale des armes nucléaires ne nous rapprochera aucunement de l’objectif d’un monde exempt d’armes nucléaires », Ambassadeur Guitton, 26/10/2016), sont quelques exemples des pratiques de la diplomatie française pour contrer un traité dont le but est d’éliminer la menace nucléaire, laissant à penser que l’interdiction de systèmes d’armes ne sert à rien pour favoriser la sécurité.
  • La pression de la diplomatie française ne s’est pas uniquement exercée sur les États. Le Président a ainsi affirmé, tel un dirigeant autoritaire, contrefaisant la réalité, que ce « traité ne créera aucune obligation nouvelle pour les acteurs privés sur son territoire » (discours du 07/02/2020). 

Désormais, la question est ouverte : les acteurs financiers poursuivront-ils leur financement  des systèmes d’armes illégales qu’ils qualifient déjà de « controversées » pour la BNP, « de destruction massive » pour le CIC et le Crédit mutuel ou encore « d’arme sensible » pour le Crédit agricole ? Les clients de ces établissements vont être attentifs aux choix de ces banques. Des institutions financières (Deutsche Bank, fonds de pension hollandais ABP, Japan Post Bank Co, Bank Australia) ont déjà inscrit le refus du financement des armes nucléaires dans leur politique d’investissement.

La France a su renforcer sa sécurité et celle de la communauté internationale en participant à l’interdiction des armes biologiques (1975) et chimiques (1997) et à l’interdiction des essais nucléaires (1996). Notre campagne Ican France demande l’adhésion de la France à ce traité pour éliminer la menace nucléaire, renforcer la lutte contre la prolifération nucléaire et promouvoir la sécurité collective.

Nous engageons les parlementaires — et notamment les présidentes des commissions de la Défense et des Affaires étrangères, restées jusqu’à présentes muettes sur ce sujet —, à organiser au plus vite un débat sur la pertinence de poursuivre l’investissement de 23 milliards d’euros entre 2022 et 2025, pour des armes désormais illégales.

Ce 22 janvier, des millions de personnes à travers le monde vont célébrer « le début de la fin des armes nucléaires » (www.icanw.org). En France aussi de nombreuses initiatives sont prévues (www.icanfrance.org) dans les villes de Bordeaux, Carhaix-Plouguer, Lyon, Marseille, Paris, Privas, Tours, Vénissieux, Brest, Manosque, …

Citations des organisations membres de Ican France :

Abolition des armes nucléaires—Maison de Vigilance, Thierry Duvernoy : « Le traité d’interdiction est une remise en cause de la politique de dissuasion présentée comme facteur de sécurité, alors qu’elle favorise la prolifération et renforce l’insécurité des populations. »

AMFPGN, Abraham Behar : « Si notre association internationale IPPNW, est fondatrice de la campagne Ican, c’est uniquement pour des raisons de santé publique, pour prévenir une catastrophe irréversible atomique. Le seul geste possible reste l’éradication de l’arme nucléaire, et le moyen actuel est la mise en service du Tian. »

ICAN France : « Trois jours avant l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, le Président, lors de ses vœux aux armées s’est livré à une nouvelle ode à la bombe, vantant la fierté de disposer d’une force militaire qui s’entraine dans l’objectif de pouvoir éliminer des populations civiles. Le 22 janvier 2021 le président Macron n’a donc aucun scrupule à placer le pays des droits de l’homme en marge du droit international et de renoncer au droit international humanitaire »

Négajoule ! Jean-Marc Louvet : «Les 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU — dont la France — possèdent la bombe qui est l’instrument de domination par la terreur nucléaire. Le premier devoir du pouvoir est d’assurer la sécurité des populations et non de les mettre délibérément en danger. L’effort international doit à présent se consacrer à sauver l’humanité de l’apocalypse des changements climatiques. » 

Mouvement pour une alternative non-violente, Serge Perrin : « Il est illusoire de croire que ces armes nucléaires coûteuses puissent être efficaces face aux menaces que font peser le terrorisme, les cyberattaques et le changement climatique ; sans compter que leur éventuelle utilisation dans les conflits à venir serait catastrophique. »

Observatoire des armements, Patrice Bouveret : «Le Tian, pour la première fois dans un traité international prend en compte la souffrance et les dégâts provoqués par les essais nucléaires et demandent réparation pour les victimes, ce qui représente une réelle avancée pour les populations impactées. »

Pugwash France : « Le Tian est une victoire majeure du multilatéralisme mais nous devons encore relever des défis diplomatiques et scientifiques pour sa mise en œuvre et arriver au désarmement nucléaire total effectif et vérifiable. La France doit y participer ».

Réseau Sortir du nucléaire : « Capables d’annihiler des millions de vies, les armes nucléaires sont dénuées de toute pertinence géopolitique et demeurent polluantes et dangereuses même si elles ne sont pas utilisées. En conservant ces engins de mort alors que le Tian vient d’entrer en vigueur, la France est désormais dans l’illégalité. » 

Organisations signataires : Abolition des armes nucléaires – maison de Vigilance ; ADN Franche-Comté ; AMFPGN, Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire ; Attac ;  Ican France ; Ligue des droits de l’Homme (LDH) ; Le Mouvement Utopia ; Négajoule ! ; MAN, Mouvement pour une alternative non-violente ; MNLE, Mouvement national de lutte pour l’environnement ; MIR, Mouvement international de la réconciliation ; Observatoire des Armements ; Pugwash France ; Réseau Sortir du nucléaire.

Paris, le 21 janvier 2021