mercredi 12 juin 2024

LOI SUR LA FIN DE VIE ET FAILLITE MACRONIENNE.


 Je suis très en colère quand je vois aujourd'hui que la décision d'un seul individu, fut-il Président de la République, a des conséquences considérables et dramatiques sur la vie de nos concitoyens.

La décision autoritaire d'Emmanuel Macron de dissoudre l'Assemblée Nationale entraîne une situation tragique pour certains d'entre eux.

En effet, après des débats difficiles mais de qualité, ce qui aurait pu être la grande loi sociétale de la décennie sur la dépénalisation de l’aide à mourir pour les malades incurables en grande souffrance, était en voie d'être adoptée par l'Assemblée Nationale par un vote le 18 juin.

La décision présidentielle met fin à tous les travaux concernant ce projet qui devra faire l'objet d'une nouvelle proposition de loi et de nouveaux débats à l'Assemblée Nationale et au Sénat.

Cette loi sur la fin de vie était très attendue par de nombreux malades qui vont encore souffrir pendant de nombreux mois et décéder dans des conditions qui ne sont pas humaines.

Car, malgré qu'une majorité importante de Français soit pour l'adoption de cette loi, elle serait repoussée aux calendes grecques si le Rassemblement National gouverne, c'est une évidence, les débats l'ont montré.

Ce problème, comme beaucoup d'autres, ne sont, malheureusement, que le reflet de la faillite de 7 ans de politique d'Emmanuel Macron. 

Enfermé dans sa philosophie néolibérale, il a toujours considéré et dirigé la France comme une entreprise sans tenir compte des aspirations des français. 

L'alerte des gilets jaunes n'a servi à rien.

Même sur le plan économique, il a échoué en creusant le trou de la dette de plus de 1000 milliard d'euros.

Il ne nous reste plus que l'espérance d'un sursaut républicain de nos compatriotes pour nous éviter le chaos.


Jean-Claude Vitran



lundi 10 juin 2024

Pour un front commun des forces progressistes face à l’extrême droite

 


Le résultat des élections européennes correspond à ce que les sondages laissaient présager. L’annonce immédiate d’une dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République ouvre l’éventualité d’une majorité d’extrême droite. 

Cette perspective serait évidemment un désastre pour la République française et pour les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité que nous portons, qui n’ont jamais été aussi menacées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La LDH (Ligue des droits de l’Homme) appelle dès à présent l’ensemble des forces politiques progressistes à dialoguer, à mettre l’ensemble de leurs divergences de côté, à se mobiliser afin de proposer un front commun dans le champ électoral face à l’adversité

Elle va chercher sans tarder à travailler à cela avec toutes les forces syndicales et associatives qui partagent cet objectif avec elle.

dimanche 2 juin 2024

QUELQUES REFLEXIONS SUR L'EUROPE

 

Dans quelques jours, nous devrions voter pour élire des députés européens.

Je n'ai pas envie de faire de la propagande politique et de vous dire pour qui voter, cependant je voudrais vous faire part de ma sidération en entendant les prises de position de candidats représentant des listes politiques appelant nos concitoyens à voter pour sortir de l'Union Européenne, le « FREXIT ».

Ces candidats sont-ils sincères dans leurs convictions ?

Savent-ils que depuis quelques dizaines d'années, sans que l'on y prenne garde - pourtant nous étions prévenu par les propos des économistes et des gouvernants néolibéraux1 - nous sommes entrés dans une phase économique que l'on qualifie de globalisation mondiale et que les destins de nos pays se sont enchevêtrés, comme les mailles d'un tissu, à tel point que sortir de ce système ferai sombrer notre pays dans un appauvrissement généralisé avec un niveau de vie proche de celui des habitants de la Corée du nord. 

( Voir à ce sujet le blog Humanisme, capitalisme et croissance du 22.12.2023 )

De plus pour des raisons liées à la recherche des coûts de production les plus bas et du profit maximum, les financiers et les industriels ont délocalisé des pans entiers de l'industrie française que, malgré ce que le gouvernement annonce, nous ne sommes pas prêt à retrouver sur notre sol.

Effectivement, chacun a le droit de critiquer l'Union Européenne, de la trouver trop technocratique, pas suffisamment démocratique, de faire la part belle à la finance, etc ... et d'avoir pour objectif de changer son fonctionnement de l'intérieur, c'est tout à fait respectable, mais nous sommes interdépendants et se refermer sur nos frontières est une utopie qui nous conduirait au suicide.

Cependant, ne croyez pas que je sois un supporter du néolibéralisme, au contraire,  je pense que moins de capitalisme sauvage et plus de justice sociale seraient les bienvenues, mais la guerre au libéralisme ne peut pas se faire seul, il faut une rébellion universelle.

Un dernier point, d'ailleurs dans le même esprit que l'interdépendance : l'immigration.

Il est certain que l'Europe doit prendre des mesures pour normaliser l'immigration et surtout supprimer ces couloirs mortifères où des malheureux en recherche de paradis trouvent la mort.

Mais, si, comme certains le veulent, on empêche l'immigration sur notre continent, nous deviendrons rapidement la « plus grande maison de retraite mondiale ». En effet, avec un taux de reproduction en dessous de 2, la population autochtone régressera et à moins de travailler jusqu'à la dernière extrémité et d'accepter de ramasser les ordures ménagères, elle ne sera plus en capacité de faire fonctionner l'économie.

Certains diront qu'en écrivant cela, je lance un message politique, ils ont certainement raison, mais je tiens seulement à mettre un peu de rationalité dans l'inepte idéologie ambiante.


Jean-Claude Vitran


1https://fr.wikipedia.org/wiki/Néolibéralisme

vendredi 24 mai 2024

GENEALOGIE ET IMMIGRATION


J'ai de nombreux pôles d'attraction, mais depuis plusieurs décennies, j'ai un violon d’Ingres très viscéral : la généalogie.

J'ai toujours pensé que le présent n'existe pas puisqu'il s'enfuit en même temps que l'on parle, mais que l'avenir est étayé par le passé. Nous sommes construits par notre histoire et celle de nos ascendants. 

Alors quoi de mieux que d'aller partager la vie de nos ancêtres par la généalogie et de connaître ainsi tous les cheminements, tous les détours, qui ont participé à la construction de ce que nous sommes. 

C'est aussi un très bel instantané de la composition démographique de notre famille et au delà de celle de la société contemporaine.

Tout d'abord, quelques détails qu'il faut avoir à l'esprit : 

  • Que pour des familles banales, comme les nôtres, remonter au delà de l'an 1600 est du domaine de l'exploit, cependant cela fait tout de même 17 générations de 25 ans et environ 130.000 ascendants ... oui, vous avez bien lu, ce chiffre est hallucinant, à la 17ème génération vous avez 65.000 grands mères et 65.000 grands pères (voir ci-dessous). Il s'agit d'une croissance exponentielle, comme les grains de riz sur un échiquier.1

  • Que s'adonner aujourd'hui à la généalogie est un jeu d'enfants. Avant l'avénement d'Internet, le développement des bases de données et les associations de généalogistes, rechercher ses ascendants était du domaine du parcours du combattant et de la patience infinie. Il fallait voyager beaucoup ou envoyer des lettres et attendre, quelquefois longtemps, le bon vouloir de l'interlocuteur … Aujourd'hui, comme tout le reste, nous naviguons dans le royaume de la réaction immédiate, il n'y a que le manque d'intuition et de capacité de déduction qui peuvent freiner les recherches.

  • Que les pays dit occidentaux ont eu dans les 4 dernières siècles une boulimie esclavagiste et colonialiste qui a engendré d'énormes transferts de population.

Ne descendant pas de la cuisse de Jupiter, l'histoire de ma famille est aussi banale que celle de l'ensemble des familles françaises :

Dans la branche nominative, VITRAN est un nom d'origine Islandaise, cependant mes ascendants connus étaient protestants et originaires du Cambrésis qui n'est Français que depuis le 10 août 1678 et auparavant, ils ont été Autrichiens, Espagnols, Flamants … Dans les autres branches, on trouve, des bretons, donc des Anglais - la Bretagne est Française depuis 1532 - de nouveau des Flamants protestants, des Belges, puis des Italiens catholiques du Frioul, mais aussi des Allemands de religion juive. 

J'ai tout de même un grand père médaillé par Napoléon pour sa participation à la bataille de Waterloo.

Il me serait donc difficile d'affirmer que ma famille est purement française et je suis certain que il en est de même pour chacun d'entre nous. 

Pourquoi tous ces développements, me direz-vous ? 

Simplement pour essayer de faire comprendre aux thuriféraires du grand remplacement qu'ils font fausse route et qu'ils nous manipulent pour de méprisables raisons bassement politiciennes. 

Que le grand remplacement n'existe pas, ou plutôt depuis toujours, car l'humanité est un vaste mélange de population. 

N'oublions pas que depuis l'an 1000 nous avons 2.199.023.255.552 ascendants, alors dans le nombre, avec tous les conflits, toutes les transhumances, nous avons dans notre généalogie beaucoup de juifs, de musulmans, des personnes de toutes croyances, de toutes nationalités et de toutes origines, et c'est tant mieux ….

De plus, la communauté des paléontologues s'accordent à dire que le berceau de l'humanité est situé en Afrique de l'est, que la colonisation de la terre s'est faite de migrations en migrations et que nos ascendants de l'époque - il y a tout de même environ 3 milliards d'années - avaient certainement la peau noire, pas parce qu'ils étaient différents des peaux blanches, mais simplement parce que leur épiderme s'est pigmenté pour lutter contre l'ardeur du soleil équatorial.

Allez ! les incultes empêcheurs du « vivre ensemble », commencer votre arbre généalogique et vous pourrez ainsi constater la pluralité et la diversité de vos origines, et peut être arrêterez vous de nous ennuyer avec l'immigration, elle existe depuis la nuit des temps, la terre a été humanisée par l'immigration des peuples et le mixage des cultures et des rencontres entre les personnes.

C'est cette immense diversité qui fait la richesse de l'humanité.


Jean-Claude VITRAN



1https://fr.wikipedia.org/wiki/Problème_de_l'échiquier_de_Sissa

dimanche 19 mai 2024

DEREGLEMENT CLIMATIQUE ... ET MAINTENANT, ON FAIT QUOI ?

 

Ce sont les actions humaines qui causent les dérèglements, en effet, si la température du globe augmente dans des proportions rapides et inquiétantes, ce n'est pas le fait de la nature, mais bien de celui de l'homme. 

L'ensemble des désordres trouvent leur source au moment de l'essor de la société industrielle, de l’avènement de l'économie capitaliste et de sa boulimie de croissance.

Si pour nos contemporains les modifications du climat sont la face la plus visible des problèmes que l'humanité rencontre, ils ne sont pas les seuls et de nombreuses autres perturbations sont constatées.


La disparition des espèces :

Le cinquième des espèces sauvages est menacé d’extinction. Selon un récent rapport un réchauffement atteignant les 4,5°C d’ici 2100 menacerait près de 50% des espèces.

Tout un chacun peut constater autour de chez lui, la diminution très importante du nombre d'oiseaux et d'insectes dans les jardins.


La montée des eaux :

Le niveau des mers et des océans pourraient être 5 fois plus important et 1 milliard de personnes pourraient être affectées par cette hausse.

Le littoral de notre pays ne serait pas épargné par ces bouleversements.


Les catastrophes naturelles :

Le changement climatique contribue à l’augmentation du risque de sécheresse et d’incendies mais aussi d'inondations liées aux pluies diluviennes. L’évolution du climat modifie la fréquence, l’intensité, la répartition géographique et la durée des événements météorologiques extrêmes : tempêtes, inondations et sécheresses mais aussi cyclones et ouragans qui croissent en intensité et en fréquence.


La diminution des récoltes :

Le réchauffement climatique et l'augmentation des catastrophes naturelles (tempêtes, inondations et sécheresses ...) menacent la productivité agricole, même dans notre pays, la sécheresse et les inondations répétées ont entraîné une perte de près de 30%  des récoltes céréalières et maraîchères.


La pauvreté :

La diminution des rendements agricoles et la surpêche entrainant la réduction des stocks de poissons pourraient faire basculer plus de 1 milliard de personnes dans la pauvreté, alors que près de 600 millions pourraient souffrir de la faim.


Les migrations :

L’augmentation du niveau de la mer, l’aggravation de la pauvreté et les famines pousseront plusieurs centaines de millions de personnes à migrer à l’intérieur de leur propre pays ou vers les pays occidentaux. 

Des pays insulaires entiers (Maldives, Tuvalu), devraient disparaître et provoquer d’importantes migrations, de plus, dans les prochaines décennies la zone tropicale autour de la terre pourrait devenir inhabitable.

La menace sur l'accès à l'eau :

3,9 milliards d'êtres humains souffriront d'un accès difficile à l'eau.

Les tempêtes, la sécheresse, les canicules ... ont un impact direct sur les ressources en eau par la réduction des réserves naturelles sous l'effet de l'évaporation liée aux fortes chaleurs et de la demande exponentielle de l'agriculture et de l'industrie. 

On en a déjà les effets à Mayotte, en Guadeloupe et en Martinique, mais aussi dans des points localisés du territoire métropolitain. 

La pollution des eaux souterraines :

Une étude du journal Le Monde sur plusieurs centaines de polluants et de stations de surveillance a dressé un état des lieux de la contamination des eaux souterraines en France. Les conclusions sont particulièrement effrayantes.

La masse inquiétante des micro-particules de plastique :

Un nouveau continent est en train d'apparaître sur les océans, celui des micro, voire nano particules de plastique qui finissent dans les mers, passent les barrières biologiques et s’accumulent dans les cellules vivantes des animaux et des hommes.

On peut aussi ajouter, même si ce n'est pas lié directement au climat mais à la croissance et au numérique, le manque d'énergie - électrique principalement - que nous connaîtrons dans les prochaines décennies. 

Nous avons quarante ans de retard et la fusion nucléaire n'est pas pour demain !

Et, j'en oublie certainement.

Tous ces bouleversements, pour beaucoup irréversibles, sont bien connus de nos gouvernants depuis de nombreuses décennies.1

En effet, n'a t'on pas entendu Jacques Chirac dire, devant l'assemblée plénière du Sommet de la Terre du 2 septembre 2002, «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs».

ET DEPUIS, ON A FAIT QUOI ?

Pour ne parler que de la France, RIEN, enfin quelques aménagements à la marge pour donner un os à ronger aux militants du climat, sinon RIEN !

En bon défenseur du crédo néolibéral, les dirigeants, coincés dans leur certitude et incapables d'imagination économique, partout dans le monde, pratiquent «la chasse à la croissance» qui est l'ennemie jurée de l'écologie. 

On donne des permis à consommer, sans rien changer, comme si aucun problème ne se posait.

On parle - beaucoup – sans combattre l'essentiel, de toute manière, pourquoi s’inquiéter puisque pour ces «décideurs autistes» la technologie sauvera la planète.

Il faut aussi constater, qu'à part un faible pourcentage de militants que l'on trouve particulièrement dans la jeunesse, une majorité de nos concitoyens, endormi par le consumérisme, est dans le déni de la problématique écologique et voudrait surtout que RIEN ne change et qu'il conserve son confort journalier.

Le mouvement des gilets jaunes qui a débuté par la négation de la taxe carbone en est un parfait exemple.

Pourtant, plutôt que d'attendre le cauchemar, il est impératif de se réveiller même si je pense que nous avons déjà dépasser les limites qui nous auraient permis de mieux résister aux bouleversements à venir.

MAINTENANT, IL FAUT FAIRE QUELQUE CHOSE, ET RAPIDEMENT !


Jean-Claude VITRAN


1Rappelez vous : René DUMONT en 1974 - Halte à la croissance en 1972 - Rapport Charney en 1979.

lundi 13 mai 2024

LASSITUDE ELECTORALE


Dans moins de quatre semaines, nous devrions voter pour élire des députés européens. Enfin, pour ceux qui se sentent concernés car pour les médias l'abstention devrait être importante. 

Je suis particulièrement las que l'on se pose la question de savoir pourquoi une majorité de nos contemporains ne se déplaceront pas pour aller voter.

"Le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple": voilà la définition souveraine de la démocratie. 


L' Article 2 de la Constitution de 1958, modifié par Loi constitutionnelle n°95-880 du 4 août 1995 - art. 8 stipule :

La langue de la République est le français.
L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L'hymne national est la "Marseillaise".
La devise de la République est "Liberté, Egalité, Fraternité".
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Donc, sur le papier, nous sommes bien en démocratie, pourtant, dans le fonctionnement journalier, nous sommes en droit de nous poser la question, même, si, bien entendu nous ne sommes pas dans un système politique autoritaire ou dictatorial où les libertés sont entravées, comme nous en connaissons.

On ne peut pas prétendre que la démocratie est parfaite mais comme l'a dit Winston Churchill dans une de ses prises de paroles « la démocratie est la pire forme de gouvernement à l'exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps. »

Dans le fonctionnement européen, les décisions importantes doivent être ratifiées par les Parlements, mais, si les peuples votent mal, on peut renoncer à les faire voter ou les faire voter plusieurs fois. C'est ce qui s'est passé lors du référendum sur le traité en vue d’une constitution européenne conduisant un certain nombre d’électeurs désabusés à grossir les rangs des abstentionnistes.

L'affaiblissement du système économique qui ne crée plus de lien social, la circulation quasi instantanée de l’information, le développement anarchique de la société numérique et l'inconséquence d'une classe politico-médiatique qui se gangrène minent ce qui faisait la stabilité du système et ruinent la confiance des citoyens qui se détachent des affaires publiques et de la politique ouvrant la voie à toutes les aventures.

Les désillusions conduisent dans le meilleur des cas à l’abstention, dans le pire, au vote néofasciste, car on le sait, le pire est à craindre.

Albert CAMUS, dans un éditorial titré « Démocratie et Modestie » dans le journal Combat, en février 1947 écrivait : 

« Le démocrate après tout est celui qui admet qu’un adversaire peut avoir raison, qui le laisse donc s’exprimer et qui accepte de réfléchir à ses arguments. »

et il ajoutait dans une autre texte du même journal  : 

« Le régime démocratique ne peut être conçu, créé et soutenu que par des hommes qui savent qu’ils ne savent pas tout. Le démocrate est modeste, il avoue une certaine part d’ignorance, il reconnaît le caractère en partie aventureux de son effort et que tout ne lui est pas donné, et à partir de cet aveu, il reconnaît qu’il a besoin de consulter les autres, de compléter ce qu’il sait … »

En effet, la démocratie n'est pas un système où on obtient un mandat déterminé sur des promesses, puis où on en fait ce qu'on veut. 

Beaucoup des femmes et hommes politiques de notre pays, carriéristes et professionnels de la politique ont oublié de lire Camus ou Tocqueville et tournent la démocratie à leur seul avantage.

La seule chose qui leur importe est leur réélection et leur portefeuille.

Je suis sûr que vous partagez ma lassitude, car comme moi, vous êtes témoin du spectacle affligeant de nos parlementaires à l'Assemblée Nationale, de leurs propos lamentables dans les médias ou sur les estrades des réunions électorales alors que l'humanité est confrontée à des crises qui peuvent mettre en cause jusqu'à sa survie.

Pour conclure, je ne vous dirai pas d'aller voter ou de ne pas y aller, car chacun fait selon sa conscience, mais je laisse la parole une nouvelle fois à Albert Camus :

« Le démocrate est celui qui admet qu'un adversaire peut avoir raison, qui le laisse s'exprimer et qui accepte de réfléchir à ses arguments. Quand des hommes se trouvent assez persuadés de leurs raisons pour fermer la bouche de leurs contradicteurs par la violence, alors la démocratie n'est plus. »


Jean-Claude VITRAN



vendredi 26 avril 2024

RETRECISSEMENT INTELLECTUEL ou L'APPAUVRISSEMENT DE LA PENSEE

 Les développements technologiques posent des questions fondamentales et inquiétantes pour l'avenir de l'humanité et son évolution intellectuelle.

Les chercheurs s'accordent pour constater que le niveau d’intelligence mesuré par les tests de QI diminue dans les pays les plus développés. Ils constatent une diminution du vocabulaire utilisé entrainant un appauvrissement de la langue. 

Cet appauvrissement conduit à une incapacité à exprimer une émotion et à structurer une pensée. 

D'après les mêmes spécialistes, il semblerait qu’une partie de la violence de notre société provient de l’impossibilité à qualifier les émotions par des mots. 

Plus le langage est pauvre, moins la pensée existe.

Comment en sommes-nous arrivés à cette situation?

Je pense que c'est la révolution numérique en cours qui, pleine de promesses positives, engendre la naissance d'un homo œconomicus hyper assisté qui n'a plus besoin de faire d'efforts de réflexion car la machine se substitue à lui. 

Cet assistanat développe une paresse psychique favorisant un rétrécissement intellectuel synonyme d'appauvrissement de la pensée et de régression.

Les capacités intellectuelles et cognitives, comme la souplesse du corps, doivent être entretenus par une gymnastique permanente.

Voici quelques exemples : 

il y a quelques dizaines d'années :

- Nous utilisions une carte routière pour aller d'un point à un autre. 

Maintenant, le GPS nous prend par la main et nous guide à destination. 

Qui, aujourd'hui, sait encore se servir d'une carte routière ?

- L'école nous entrainait au calcul mental, puis on a vu apparaître les mini calculettes, ensuite le mobile qui fait les calculs à notre place.

Qui, aujourd'hui, sait encore faire des calculs mentaux ?

- Nous écrivions des lettres à nos familiers, aux administrations, etc 

Maintenant, nous communiquons sur nos smartphones et nos tablettes en envoyant de brefs messages rédigés en langages texto ou SMS la plupart du temps sans respect de l'orthographe et sans message de civilité.

Qui, aujourd'hui, est encore capable de faire un courrier conventionnel avec une formule de politesse adaptée ?

- Certains qui nous veulent du bien, surtout à nos portefeuilles, nous préconisent de laisser agir la machine à notre place - ChatGPT, par exemple.

Pourquoi se fatiguer les méninges puisque la machine nous remplace ?

Il y a pire, car en naviguant sur le web nous sommes « profilés1 » dans le but de connaître nos goûts, nos désirs et nos opinions, mais aussi, éventuellement en vue de nous manipuler.

Alors, nous sommes abreuvés de publicités, de communiqués ... correspondant à notre profil, qui si notre esprit critique et notre méfiance ne sont pas en alerte, nous enferment dans un couloir de pensée bienveillant dont il est difficile de sortir. Cette situation abolit notre envie de confrontation intellectuelle car on préfère, toujours, se rassembler avec qui pense comme soit.

- Je crois qu'il est inutile d'ajouter à ce triste tableau les réseaux sociaux dont on peut constater chaque jour la perversité.

Pour terminer, il ne faut pas oublier ce qu'on nomme improprement l'intelligence artificielle, dont on nous rebat les oreilles. Je pense que le mot intelligence a été choisi pour marquer les esprits et générer du cash, voire pour angoisser les béotiens car elle n'a d'intelligence que celle de ses concepteurs et elle n'est qu'une technologie, sans conscience, qui, même si elle apprend, reste fixée à sa spécialité. La machine spécialiste du jeu de go ne gagnera jamais aux échecs.

A la lecture des propos ci-dessus de nombreux lecteurs penserons qu'il s'agit de ceux d'un « vieux con » qui pense que c'était mieux avant.

Cette assertion est tout à fait plausible.

Pourtant, j'engage ces lecteurs à réfléchir longuement aux avantages et aux inconvénients que nous apporte ce nouveau monde.

Il a d'extraordinaires intérêts, mais, comme un marteau qui peut devenir une arme, il permet un facile asservissement de l'humanité par des individus et des politiciens sans scrupule et seulement attirés par le pouvoir et l'argent.


Jean-Claude VITRAN

1 Récupérer, à son insu, l'ensemble des caractéristiques psychologiques d'un individu.